L'orage a fortement endommagé les vignes et les cultures genevoises

IntempériesLa grêle et le vent ont provoqué d'importants dégâts. Les producteurs déplorent des champs de blés couchés, des vignes déchiquetées et des salades lacérées.

Les vignes du coteau de Lully à Bernex ont été particulièrement touchées par la grêle.

Les vignes du coteau de Lully à Bernex ont été particulièrement touchées par la grêle. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous ne voulons pas dramatiser car les aléas météo font partie de notre métier mais c’est un coup dur.» Georges Vuillod, maraîcher à Charrot (Bardonnex), est l’un des agriculteurs qui a été le plus touché par le violent orage qui a éclaté dans le ciel genevois samedi en fin d’après-midi. «Je suis parmi les derniers à produire des légumes en plein champ à Genève, précise-t-il. Mes épinards et certaines de mes salades ont été complètement détruits par la grêle.» Les courgettes et les courges, encore fragiles à cette saison, ont également subi des dégâts. «Nous allons devoir fournir un travail énorme pour essayer de réparer ces cultures», souligne Georges Vuillod qui tient à faire passer un message: «Nos produits auront certainement des défauts. Ce serait sympa si les consommateurs jouaient le jeu.»

Le maraîcher de Charrot n’est pas le seul agriculteur genevois à avoir passé un mauvais week-end. Marc Favre, viticulteur à Bernex, s’est lui aussi réveillé dimanche avec un fort sentiment de découragement. «La grêle et le vent ont provoqué beaucoup de casse dans nos vignes», déplore-t-il. Les ceps situés sur le coteau de Lully ont été particulièrement atteints. «On évalue jusqu’à 60% de dégâts sur le vignoble touché», estime à la louche Florian Favre, œnologue de l’État de Genève. À cette saison, les plantes s’avèrent très vulnérables. «Les rameaux sont fragiles et il y a peu de feuilles pour protéger les bois et les grains», explique Marc Favre. S’il est trop tôt pour évaluer l’impact de ces intempéries sur les récoltes, le viticulteur annonce d’ores et déjà dix à quinze jours de retard sur les vendanges. «Il faut que les plantes cicatrisent et produisent de nouveaux rameaux», détaille-t-il.

Les vignerons touchés auraient-ils pu se prémunir de la grêle? «Personne n’utilise les fusées d'iodure d’argent dont on a jamais prouvé l'efficacité hors laboratoire, répond Florian Favre. Certains producteurs testent des filets antigrêle mais l’investissement financier est important; entre 8000 et 15 000 francs par hectare. Ce dispositif pourrait néanmoins se généraliser si ces épisodes se multiplient.»

Le déluge de samedi n'a pas épargné non plus les grandes cultures du canton. À quinze jours des moissons, de nombreux champs de blé et de colza ont été couchés par les rafales de vent et les trombes d’eau. «Nous sommes un peu inquiets quant à la qualité des céréales, confie John Schmalz, président de l’Office de promotion des produits agricoles de Genève. Nous craignons que ces cultures ne mûrissent pas correctement.»

Créé: 17.06.2019, 13h48

Articles en relation

Les pompiers commencent à sortir la tête de l'eau

Intempéries Après l'orage dévastateur de samedi après-midi, les sapeurs ont assuré quelque 800 interventions en 24 heures. Des costumes historiques ont été endommagés au MAH. Plus...

Demir Sönmez: L'orage de grêle a frappé Genève

Blogs à voir Djemaa Chraïti: Un défilé du 14 juin 2019 inoubliable. Daniel Warner: Let Us Laugh Together, On Principle. Mireille Vallette: Un ouvrage érudit autopsie le Coran et sa théologie. Pascal Décaillet: Que chacun tienne son journal ! John Goetelen: Journalistes harcelées: Tamedia nous prend pour des veaux Plus...

Certains téléphones ont reçu l'alerte orage trop tard

Intempéries Les avertissements en mode push sont parfois parvenus aux abonnés après la tempête. Plus...

Les intempéries font un décès sur le lac

Orage Une femme a perdu la vie au large de la Belotte. Le SIS croule sous les appels. Le MAH touché. Drame à Taninges (74). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.