Passer au contenu principal

L’opéra de Britten censuré retrouve sa place à l’école

L’Arche de Noé, spécialement écrit pour les enfants en 1958, sera bien chanté par des élèves, indique la conseillère d’Etat

Anne-Emery Torracinta a indiqué à ses collaborateurs que l'opéra sera monté en 2016-2017
Anne-Emery Torracinta a indiqué à ses collaborateurs que l'opéra sera monté en 2016-2017
Steeve Iuncker-Gomez/Tribune de Genève

L’opéra L’Arche de Noé de Benjamin Britten, censuré dans un premier temps à l’école en raison du principe de laïcité, trouve grâce aux yeux d’Anne Emery-Torracinta, la conseillère d’Etat du Département de l’instruction publique. L’opéra sera monté en 2016-2017 dans le cadre scolaire, a annoncé la magistrate dans une longue lettre adressée à tous les collaborateurs de son département, indique Le Courrier. Elle a ainsi tenu à «remettre l’église au milieu du village» en matière de laïcité à l’école. A la genèse du scandale, une commission, précise la magistrate, formée de représentants de l’Orchestre de Chambre, de l’Enseignement obligatoire et du Service de la culture, avait considéré que la participation active d’élèves à l’œuvre de Benjamin Britten violerait la nouvelle Constitution genevoise.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.