Onex rejoint Easyvote pour inciter ses jeunes à voter

La Commune a commandé 200 abonnements. Elle est la cinquième Municipalité genevoise à s’engager dans ce projet.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le projet a fait l’unanimité au sein du Conseil municipal. Mardi, Onex a décidé d’acquérir 200 brochures Easyvote pour ses jeunes à titre d’essai. La Commune devient ainsi la cinquième municipalité genevoise à s’engager dans ce programme qui vulgarise les objets soumis aux urnes pour inciter les 18-25 ans à voter. Lancé il y a cinq ans, Easyvote peine à se développer à Genève. Seules Veyrier, Perly-Certoux, Avusy, Carouge et maintenant Onex soutiennent ce projet qui cherche à lutter contre l’abstention des jeunes. Comment expliquer cette réticence alors que de nombreuses communes ont déjà franchi le pas dans le reste du pays?

Barry Lopez, porte-parole romand de l’association, avance trois raisons. La première est d’ordre financière. «Les communes doivent nous envoyer deux fois par an les coordonnées des jeunes à qui elles souhaitent envoyer notre brochure. A Genève, ces données sont centralisées à l’Office cantonal de la population. A chaque demande, les communes doivent débourser 100 francs, ce qui peut dissuader certaines à le faire.» Surtout que ce montant s’ajoute au coût de l’abonnement également assumé par les municipalités: 6,90 francs par brochure envoyée frais de port compris ou 3,75 francs pour un envoi groupé des documents à la Mairie.

Les deux autres raisons évoquées par Barry Lopez sont d’ordre technique. Jusqu’à maintenant, les explications officielles pour les objets cantonaux n’étaient disponibles à Genève que quatre semaines avant la votation. «Ce qui ne nous laissait pas assez de temps pour rédiger une brochure vulgarisée», précise Barry Lopez. Le problème vient d’être résolu. Suite à un changement de loi, dès le 30 mars, le matériel sera accessible au plus tard six semaines avant le vote.

Reste un écueil: pour qu’Easyvote édite une brochure vulgarisant les objets genevois, il faut au minimum 4000 abonnés dans le canton. Or, le nombre est d’à peine 1500 aujourd’hui. «C’est un peu le serpent qui se mord la queue», analyse Barry Lopez. Et les 200 abonnements d’Onex ne seront pas suffisants.

Bien qu’elle compte plus de 1200 jeunes âgés entre 18 et 25 ans, la Commune a préféré procéder à un premier test avec un petit nombre d’abonnements pour limiter les coûts et évaluer l’intérêt pour le projet au sein de la population. En cas de succès, les autorités n’excluent pas d’augmenter les abonnements ces prochaines années. (TDG)

Créé: 13.03.2016, 19h56

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections en Europe: les Verts progressent partout
Plus...