On se fiche des Genevois!

Il y a 140 ansIl y a 140 ans, «La Tribune de Genève», née le 1er février 1879, vivait son premier été. Qu’y lisait-on alors? Notre série d’été, en collaboration avec la Bibliothèque de Genève.

La Tribune de Genève a 140 ans.

La Tribune de Genève a 140 ans. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Genevois passent pour avoir une grande gueule, mais de là à se payer leur tête… C’est pourtant le sentiment que l’on a à la lecture de deux articles parus dans la Chronique locale du 15 août 1879. Le premier est sans doute une lettre de lecteur, publiée sous la rubrique «On nous écrit». Son auteur s’en prend à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, la fameuse P.-L.-M. Ouvrez les guillemets: «Tous les jours l’express de Paris, qui est censé arriver à 10 h 26 du matin, arrive un peu plus tard, voire même un [peu] plus tard qu’avant le changement d’horaire; de sorte que cette splendide concession obtenue à force de supplications par notre Conseil d’État n’est qu’une vilaine comédie; la compagnie P.-L.-M. continue de se moquer de Genève et de nos incessantes réclamations. Peut-être, si nous étions un pays un peu plus grand et un [peu] plus fort, la puissante compagnie se montrerait-elle plus accommodante et plus soucieuse de nos intérêts. Il y aurait là matière à de philosophiques réflexions…» conclut ce lecteur.

Que notre grand voisin se fiche de nous, c’est triste. Mais la raillerie vient aussi de Suisse romande. La Julie reprend un article paru dans la «Nouvelle Gazette du Valais». Son contenu? «Presque tous les jours on apprend que le corps d’un noyé a été retiré des eaux, ici ou là. Il y a des lacs, des fleuves ou des rivières près de toutes les grandes villes. Nulle part on ne signale autant de noyés qu’à Genève. À quoi cela tient-il?» s’interroge le journal valaisan. Commentaire de la rédaction de «La Tribune de Genève»: «Nous attendons une réponse à cette grosse question. Peut-être la judicieuse gazette nous la fera-t-elle dans un prochain numéro. Nous n’avions jamais cru, quant à nous jusqu’à présent, qu’il y ait plus de noyés ici qu’ailleurs. Il paraît que nous vivions dans une douce illusion. Après tout, peut-être que le niveau du lac y est-il (sic) pour quelque chose?»

En effet, les eaux du Léman ne cessent de monter. Un entrefilet publié dans la même colonne précise que le niveau est remonté de 13 cm depuis le 3 août «et se trouve aujourd’hui à la cote de 255.5. Différence avec l’année dernière à la même date: 53 cm.» Un vrai tsunami en perspective…

Créé: 15.08.2019, 14h14

Articles en relation

L’information fait feu de tout bois

Il y a 140 ans Il y a 140 ans, «La Tribune de Genève», née le 1er février 1879, vivait son premier été. Qu’y lisait-on alors? Notre série d’été, en collaboration avec la Bibliothèque de Genève. Plus...

Le funiculaire se met à l’eau

Il y a 140 ans Il y a 140 ans, «La Tribune de Genève», née le 1er février 1879, vivait son premier été. Qu’y lisait-on alors? Notre série d’été, en collaboration avec la Bibliothèque de Genève. Plus...

Baleine exposée, cigogne trucidée

Il y a 140 ans Il y a 140 ans, «La Tribune de Genève», née le 1er février 1879, vivait son premier été. Qu’y lisait-on alors? Notre série d’été, en collaboration avec la Bibliothèque de Genève. Plus...

Quand on scrutait le Rhône pour rire

Il y a 140 ans Il y a 140 ans, «La Tribune de Genève», née le 1er février 1879, vivait son premier été. Qu’y lisait-on alors? Notre série d’été, en collaboration avec la Bibliothèque de Genève. Plus...

Un sorbet assassine l’infante d’Espagne

Il y a 140 ans Il y a 140 ans, «La Tribune de Genève», née le 1er février 1879, vivait son premier été. Qu’y lisait-on alors? Notre série d’été, en collaboration avec la Bibliothèque de Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.