Une nouvelle prison moins chère et plus compacte répond aux critiques

DétentionLe Conseil d’Etat a présenté ce mercredi le projet retenu pour Les Dardelles, qui coûtera 164 millions aux Genevois.

Le projet du Groupement Steiner AG à Zurich a été choisi pour la prison des Dardelles (vue en 3D).

Le projet du Groupement Steiner AG à Zurich a été choisi pour la prison des Dardelles (vue en 3D). Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les contours de la prison des Dardelles, clef de voûte de la planification pénitentiaire genevoise, se dessinent. Le projet choisi par un comité de vingt-cinq experts, présenté ce mercredi aux médias, est moins cher, plus dense, a moins d’emprise sur le sol qu’initialement prévu. C’est la réponse apportée aux critiques (lire ci-dessous).

Genève est régulièrement pointé du doigt pour les mauvaises conditions de détention à Champ-Dollon, chroniquement surpeuplée (390 places pour 580 détenus). Censée n’accueillir que des personnes en attente d’un jugement, elle héberge pour moitié des condamnés.

Une nouvelle prison pour qui?

Les Dardelles visent à regrouper des détenus genevois en exécution de peine, éparpillés actuellement dans diverses prisons, y compris hors canton, et pourraient accepter une poignée de personnes du concordat latin. Les 450 places prévues sont-elles vraiment nécessaires? «Dans les cantons latins, il manque 750 places de détention en milieu fermé. Le nombre de détenus a augmenté de 38% en dix ans, affirme Pierre Maudet. Les peines sont plus longues et plus nombreuses, les libérations conditionnelles plus restrictives.»

Dans le détail, 300 places seront consacrées aux hommes condamnés à de courtes peines et 150 aux longues peines. Les normes fédérales d’un détenu pour une cellule avec une place de travail en atelier seront respectées. «La mise en place de régimes progressifs permettra de développer une véritable politique de réinsertion», note Philippe Bertschy, directeur général de l’Office cantonal de la détention. Reste à la définir rapidement.

Une solution novatrice

«Le projet retenu a été optimisé», relève Serge Dal Busco, conseiller d’Etat chargé des Finances, citant la prison de soins Curabilis en contre-exemple. Le processus choisi est une première pour le Canton. Il englobe la conception, la réalisation et la maintenance du site durant douze ans. D’où une économie de 21% sur le coût prévu pour atteindre 227 millions, auxquels il faudra soustraire la subvention fédérale. Facture finale pour Genève: 164 millions. Côté écologie, «nous allons aussi économiser 32% de la surface agricole envisagée», ajoute Serge Dal Busco. A Berne de décider si cet effort-là est suffisant.

Coût de fonctionnement

Le budget de fonctionnement des Dardelles s’élèvera à plus de 64 millions par an. Mais la réaffectation des ressources humaines, comme le transfert de nombreux gardiens d’autres établissements genevois aux Dardelles, permettra en fait de ramener les dépenses supplémentaires à 15,4 millions de francs par an. «Une centaine de nouveaux postes seront en fait nécessaires, et pas tous pour l’ouverture des Dardelles», détaille Pierre Maudet.

Rénovation de Champ-Dollon

La mise en route de la nouvelle prison envisagée en 2021 se fera progressivement. «Nous allons transférer aux Dardelles une partie des détenus de Champ-Dollon pour rénover cette prison construite en 1977», précise Pierre Maudet. Une rénovation estimée à 190 millions de francs.

Autres options écartées

La construction hors canton d’une prison pour détenus genevois est impossible. Vaud, Fribourg et Neuchâtel ont été approchés sans succès, pris par leurs projets pénitentiaires. Quant à bâtir 200 places dans l’enceinte de Champ-Dollon, «ce projet n’existe que dans l’esprit farfelu d’un député et ne résoudrait pas les problèmes», balaie Pierre Maudet. La solution choisie pour Les Dardelles satisfait le Conseil d’Etat. Prochaines phases: le changement de zone et le crédit d’investissement.

Créé: 09.11.2016, 22h02

«Pierre Maudet a essayé d’améliorer le projet»

«Le projet a été remanié en tenant compte des remarques. Je n’ai pas l’impression que cela a soulevé des critiques», estime Guy Mettan, vice-président de la Commission des travaux, conviée mardi à une présentation. François Lefort, député Vert de la même commission, se montre désormais plus conciliant: «Pierre Maudet a essayé d’améliorer le projet.» L’économie financière et d’un tiers de la surface au sol le rassure, même s’il regrette que l’appel à la solidarité des cantons romands n’ait pas porté ses fruits. «Pierre Maudet se moque du monde! fulmine au contraire le socialiste Roger Deneys, de la Commission des finances. Il n’a engagé aucune discussion sérieuse avec les cantons pour mutualiser les forces.» Le projet à 450 places est démesuré, maintient le député à «l’esprit farfelu» selon Pierre Maudet: «Les besoins réels en exécution de peine sont de l’ordre de 200 places. Il est possible de construire un établissement plus petit dans l’enceinte de Champ-Dollon. Les études ont été faites.» Et de relever: «C’est suicidaire de demander des millions pour une prison maintenant, alors que nous allons au-devant d’une baisse des recettes fiscales.» S.R.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...