Passer au contenu principal

Une nouvelle gare pour un nouvel horaire ferroviaire

L’offre changera légèrement dès le 10 décembre. Deux jours plus tôt, on inaugure la station CEVA de Lancy-Pont-Rouge.

La mise en service de la gare de Lancy-Pont-Rouge, ici en image de synthèse, constituera le prélude d'un développement du réseau régional.
La mise en service de la gare de Lancy-Pont-Rouge, ici en image de synthèse, constituera le prélude d'un développement du réseau régional.
CEVA

Le futur réseau régional Léman Express fera sentir son approche sur les rails genevois, dès le 10 décembre prochain, même si cette offre ne sera pas encore mise en service à cette date. Les CFF ont présenté jeudi à Zurich les innovations de l’horaire 2018, qui entrera en force sur tout le continent lors du deuxième dimanche de décembre 2017.

Pour ce qui est des lignes desservant Genève, des retouches sont au menu. Mais le gros événement ferroviaire local aura lieu le vendredi 8 décembre avec l’inauguration de la nouvelle gare de Lancy-Pont-Rouge, première à être mise en service parmi les cinq nouvelles stations du tronçon CEVA dont l’achèvement, espéré à la fin de 2019, permettra alors de déployer pleinement le Léman Express.

Prologue au réseau régional

Ce réseau régional connaîtra toutefois un autre prélude dès l’année prochaine avec l’achèvement des points de croisement de Mies (VD) et Chambésy. Cela devrait permettre de doubler la cadence des trains régionaux qui relient Coppet à Lancy-Pont-Rouge via Cornavin, pour la passer aux quinze minutes. Ce sera le cas en heure de pointe dès le mois de juin, puis toute la journée dès décembre 2018.

Dans l’immédiat, les chantiers de Mies et Chambésy occasionneront des pertes: des trains tardifs devront être supprimés tous les soirs du dimanche au jeudi à partir de 21 h 50. «Ces nuisances provisoires sont dues aux travaux et aux gros investissements qui sont en train d’être consentis pour augmenter l’offre», philosophe Emmanuelle de Beaufort à la Direction des transports collectifs de l’État de Genève.

Des lignes numérotées

Les passagers devront prendre quelques autres nouvelles habitudes. Les trains RegioExpress qui relient Genève à l’arc lémanique auront désormais tous Vevey pour terminus. Les usagers qui appréciaient d’avoir une liaison directe pour Romont ou Palézieux devront se rabattre sur les InterRegio pour Berne et Lucerne, qui s’y arrêteront désormais, au prix d’un parcours un peu plus lent. Par ailleurs, l’un des deux trains InterRegio raccordant chaque heure Genève et le Valais omettra de s’arrêter à Nyon et Morges. Cela fera gagner onze minutes aux Genevois qui mettent le cap sur Montreux ou Sion (ou qui en reviennent).

L’innovation majeure que les CFF introduisent sur le réseau national est une numérotation de leurs grandes lignes. Comme s’il s’agissait d’un métro. On prendra l’IC1 de Genève à Zurich et Saint-Gall par la ligne magistrale du Plateau (via Fribourg), l’IC5 si on suit le pied du Jura (via Bienne), l’IR15 vers Lucerne ou encore l’IR90 vers Brigue.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.