La Nouvelle Comédie jouera son avenir vendredi

Grand ConseilLe parlement va se prononcer sur le crédit de 45 millions indispensable pour lancer les travaux. L’issue du vote reste très incertaine.

C’est le projet Skyline, du bureau FRES Architectes de Paris, qui a été choisi à la suite d’un concours d’architecture international.

C’est le projet Skyline, du bureau FRES Architectes de Paris, qui a été choisi à la suite d’un concours d’architecture international. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La trame générale est posée, les rôles distribués, mais le scénario définitif de la pièce n’est pas écrit. Vendredi, le Grand Conseil se lancera par conséquent dans un jeu d’improvisation: à haut risque, puisqu’il devrait sceller le sort du projet de Nouvelle Comédie, une infrastructure que le Conseil d’Etat s’était engagé à cofinancer avec la Ville de Genève.

Le suspense est total car si une majorité PLR, MCG et UDC a refusé le crédit en Commission des travaux le 29 septembre 2015, depuis, des réponses ont été données. La plus importante: on sait maintenant que c’est la Ville qui assumera seule le budget de fonctionnement de la Nouvelle Comédie (15,7 millions par an).

L’enjeu du vote est un crédit de 45 millions, représentant la part cantonale du financement de la nouvelle infrastructure culturelle de la Ville de Genève. De son côté, la Commune met dans la corbeille 53 millions de francs, mais la délivrance de cette somme est conditionnée à l’apport cantonal.

Un problème de «timing»

C’est le Conseil d’Etat qui a demandé le traitement en urgence de cet objet. Logique, puisque le temps presse: le lancement du chantier doit être coordonné avec l’ensemble des travaux liés au CEVA dans la zone de la gare des Eaux-Vives. Selon le conseiller administratif Rémy Pagani, tout doit démarrer en juin 2016.

Rapporteur de la majorité de la Commission des travaux, le PLR Frédéric Hohl reste dubitatif malgré les éclaircissements fournis entre-temps sur la répartition des tâches culturelles entre le Canton et la Ville de Genève. «On a eu la réponse pour le budget de fonctionnement, mais on reste dans le flou concernant le Grand Théâtre. S’il est transféré au Canton, quel sera le prix à payer? L’idée est de ne pas passer deux fois à la caisse.»

Le député souhaite par conséquent un retour – mais rapide – en commission pour obtenir ces informations. Si ce n’est pas le cas, Frédéric Hohl admet ne pas savoir qui l’emportera. Ce qui pourrait laisser supposer que le PLR ne parlera pas d’une seule voix.

Refus de tergiverser

Pour la socialiste Nicole Valiquer Grecuccio, rapporteuse de première minorité, cette nouvelle condition posée par le PLR est inacceptable: «Ce n’est pas correct d’arriver chaque fois avec de nouvelles demandes. Il faut avoir le courage de dire si on veut ou non d’un nouveau théâtre d’intérêt régional. Pour moi, dire non serait une insulte profonde à la culture.»

La gauche et le PDC ont toujours soutenu le projet, alors que le MCG et l’UDC semblent fermement opposés. C’est donc bien le PLR qui, vendredi, fera pencher la balance. A moins, bien sûr, que le dossier reparte pour un tour en Commission des travaux.

(TDG)

Créé: 26.01.2016, 19h04

Articles en relation

Union massive en soutien à la Nouvelle Comédie

Genève Environ 300 personnes ont pris la pose, ce jeudi, en faveur du projet Plus...

La Nouvelle Comédie, une tragédie annoncée?

Débat en Ville Olivier Gurtner (PS) affrontera Yvan Zweifel (PLR) sur cet épineux dossier le jeudi 8 octobre à 12h30 aux Savoises. Plus...

La Nouvelle Comédie au cœur d’un troc

Genève En Commission des travaux, le PLR a refusé le crédit de 45 millions pour l’institution. Quelles sont ses intentions? Plus...

Le projet en quelques chiffres

Devisée à 98 millions de francs, la Nouvelle Comédie se situera sur le site de la future gare CEVA des Eaux-Vives.

Elle doit remplacer – en mieux – la Comédie, dont l’infrastructure est devenue obsolète et qui perdra sa vocation de théâtre. L’objectif est de l’inaugurer en 2019.

Le projet prévoit deux salles de 500 et 250?places, mais également des salles de répétition, des ateliers d’art et d’artisanat, des bureaux ou un café-restaurant. La Nouvelle Comédie sera dédiée à la création théâtrale contemporaine subventionnée.

Le Conseil municipal de la Ville a accepté un crédit de 53 millions le 20 mai 2015, conditionné à l’apport des 45 millions du Canton. La Commune s’est engagée à assumer les charges de fonctionnement, estimées à 15,7 millions.
E.BY

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Harcèlement: la parole des femmes se libère
Plus...