Nouvel avis de tempête sur la Commune de Vandœuvres

CommunesEn litige avec la Mairie, le secrétaire général assure que l’ancienne comptable a reçu un surplus de plus de 645 000 francs.

La commune est éclaboussée par un scandale financier impliquant l'ancienne comptable de la Mairie, qui aurait touchée de l'argent de manière indue.

La commune est éclaboussée par un scandale financier impliquant l'ancienne comptable de la Mairie, qui aurait touchée de l'argent de manière indue. Image: Frank Mentha

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À Vandœuvres, c’est l’heure des comptes. Après le déchirement autour d’un projet immobilier controversé, c’est désormais une tout autre affaire, celles des heures supplémentaires payées et des augmentations de salaire reçues par l’ancienne comptable, qui occupe le devant de la scène. Car le montant pourrait être plus important que prévu, et atteindre 645 000 francs. Jusqu’alors, seules les heures supplémentaires avaient été évoquées, pour un total de 400 000 francs.

Ce nouveau total, qui comprend aussi le 13e salaire, résulte de l’estimation effectuée par le secrétaire général, Thierry Brichet.

Ce fonctionnaire, qui est en litige avec les autorités communales depuis juillet 2018, a obtenu ce chiffre en établissant la différence entre ses propres revenus et ceux encaissés par la comptable, aujourd’hui à la retraite. Il inclut la période comprise entre 2004 et 2017.

Pour essayer de comprendre, sinon tous ses ressorts, du moins l’essentiel de ce cas, il faut remonter dans le temps. Secrétaire général de la Commune de Vandœuvres depuis 2001, le Genevois supervisait une équipe d’une vingtaine de collaborateurs, dont la comptable, mais seulement à partir de mars 2018. Ses relations avec elle se sont rapidement détériorées et le secrétaire général a fini par dénoncer le paiement de ces heures supplémentaires. En mai 2018, Thierry Brichet demande avec insistance à Catherine Kuffer de tenir compte de ses remarques. Il souligne la gravité des faits et considère que la Commune a pâti de tout cela. Il estime que tout le monde a été trompé. S’attendant à recevoir un appui de la maire, c’est le contraire qui se produit. Les relations entre Catherine Kuffer et le secrétaire général s’enveniment.

Le ton monte, de part et d’autre. La comptable reçoit un blâme juste avant de partir à la retraite mais les tensions persistent. Les magistrats communaux s’estiment accusés de manière grave. En juillet, Catherine Kuffer envisage de résilier les rapports de service entre la Commune et le secrétaire général. La confiance est totalement rompue. En août, un blâme est prononcé à l’encontre du secrétaire général. Thierry Brichet dépose alors un recours auprès de la Chambre administrative de la Cour de justice. Après dix-sept ans au service de cette commune, l’homme est ébranlé. Il est en arrêt maladie depuis octobre 2018.

Atmosphère lourde

Confirmant le blâme, les juges ont notamment souligné que le Genevois avait tenu des «propos irrespectueux» à l’encontre des autorités communales. Ils ont donc considéré que cette sanction disciplinaire était proportionnée.

Sollicitée, Catherine Kuffer n’a pas souhaité donner sa version des faits. Ni réagir aux éléments figurant dans l’arrêt de la Cour de justice. En raison des procédures en cours, résume la maire. Et son mutisme s’explique aussi, insiste-t-elle, «car j’ai surtout le souci de respecter la protection de la personnalité des membres du personnel communal, y compris de ceux avec lesquels la Commune est en litige».

Magistrate depuis seize ans, Catherine Kuffer s’estime aussi victime d’une «campagne de dénigrement, qui se réanime régulièrement, et à laquelle la période préélectorale n’est sans doute pas étrangère». Elle a probablement raison. Dans un an, la Genevoise remettra son mandat. Sa fin de règne s’annonce compliquée. L’atmosphère devient lourde dans les sphères politiques de cette commune.

La Cour des comptes, a annoncé «Le Temps», est désormais officiellement saisie de l’affaire. Dans le journal communal paru il y a une dizaine de jours, Eric Provini, en charge de la publication, espère que cette entité rendra rapidement ses conclusions. Mais les habitants devront encore patienter. «Usuellement, nos missions durent entre deux à six mois», précise la magistrate Sophie Forster Carbonnier, en charge de ce dossier sensible.

Créé: 18.05.2019, 09h31

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...