Nouveau recours contre un appel d’offres d’un secteur de l’aéroport

GenèveLa prévention du péril animalier est mise au concours pour la deuxième fois en un an. Un candidat s’estime lésé.

Une société spécialisée dans l’ingénierie environnementale a lancé une action en justice.

Une société spécialisée dans l’ingénierie environnementale a lancé une action en justice. Image: PIERRE ABENSUR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les appels d’offres à l’Aéroport continuent de faire couler de l’encre. Pour la deuxième fois en un an, un recours a été déposé contre le centre chargé de la prévention du péril animalier, soit la lutte contre les dommages faits aux avions lors de collisions avec des oiseaux.

C’est Ecoservices SA, une société candidate spécialisée dans l’ingénierie environnementale, qui a lancé cette nouvelle action en justice. Elle estime qu’il est impossible pour quiconque d’extérieur à l’Aéroport de gagner ce marché. Le premier appel d’offres, contesté par cette entreprise, avait été retiré en janvier 2019 par ce dernier. Mais le deuxième cahier des charges, déposé en juillet par la plateforme aéroportuaire, est toujours trop restrictif, selon le recourant.

Ne prendre aucun risque

«Celui-ci demande que le candidat ait déjà une expérience de lutte contre le péril aviaire dans un aéroport similaire à celui de Genève et puisse se prévaloir de références en la matière, explique Me Guillaume Etier, avocat de la société recourante. Or, cette prestation est internalisée dans tous les principaux aéroports, notamment Lyon et Zurich. A Genève, elle est déjà gérée par une société spécialisée. Il est donc impossible pour une quelconque autre entreprise de postuler.»

Cette condition est effectivement éliminatoire. Mais Ecoservices SA, qui s’occupe notamment de la sécurité du CEVA ou encore de travaux autoroutiers, estime être en mesure de remporter ce marché malgré cette lacune. «Ce qui est mis au concours, ce sont des postes managériaux, explique Me Etier. Le savoir-faire sur le terrain serait conservé par le personnel actuel. L’équipe d’Ecoservices SA se chargerait de gérer les employés et mettrait son expérience d’ingénierie à profit.»

Lors du premier recours, l’Aéroport avait annulé son appel d’offres, afin de tenir compte de la demande d’Ecoservices, pour en représenter un second dans le courant de juillet. En quoi était-il différent? «Le marché a été modifié notamment de manière à assurer une plus grande mise en concurrence, mais le cœur de ce mandat reste identique, à savoir la prévention du péril animalier», explique

Madeleine Von Holzen, chargée

de communication de l’aéroport. Elle explique que «cette prestation est cruciale pour la sécurité des passagers. C’est une activité critique pour l’ouverture de la piste et le fonctionnement de Genève Aéroport – et elle comporte des enjeux de sécurité et de respect de réglementation absolument centraux. De ce fait, nous ne pouvons prendre aucun risque par rapport aux compétences et à l’expérience de l’entreprise qui remporterait ce marché.»

Le recours est examiné

L’expérience dans un aéroport similaire est-elle si cruciale? «L’importance de la sécurité et la législation nous obligent à travailler avec des personnes parfaitement qualifiées pour effectuer la prévention du péril animalier, poursuit la porte-parole. Le cahier des charges a été défini pour trouver la société la plus à même de répondre au besoin. Pour le reste, nous avons reçu le recours la semaine dernière et il est à l’étude en ce moment pour déterminer s’il nous semble fondé ou non.»

Créé: 11.08.2019, 18h20

Articles en relation

Genève Aéroport rend sa copie antibruit à Berne

Nuisances sonores Moins de trafic entre 22 h et minuit, nouvelle sortie de piste et taxe moindre pour les avions peu bruyants. Plus...

Corruption à l'aéroport: deux prévenus ont été libérés

Cointrin L'ancien chef de la sûreté et un de ses anciens collaborateurs sont prévenus de corruption passive active et de gestion déloyale. Plus...

Corruption à l'aéroport: l'adjoint du chef de la sûreté est prévenu

Justice Le collaborateur du cadre interpellé est lui aussi suspecté dans le cadre des dysfonctionnements dans les procédures d'appels d'offres. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...