Il neige sur la Jonction, c’est la faute aux étourneaux

InsoliteMieux vaut ne pas stationner en ce moment sous les platanes, transformés en volières géantes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Face à l’église Sainte-Clotilde, dans la rue du même nom, au cœur de la Jonction, où l’on fête le centenaire des apparitions de Fatima, il neige désormais chaque nuit. Une pellicule blanche recouvre au petit matin les véhicules garés le long du trottoir. Quatre voitures sont particulièrement concernées. Leur pare-brise est inutilisable, sauf à recourir au grattoir hivernal pour retirer la couche durcie qui empêche toute visibilité depuis l’habitacle. C’est à peine si l’on devine en s’approchant les macarons autorisant cette immobilité souillée, comparable à des bateaux ventouses au sortir de l’hiver.

Au nez, en s’approchant, ça pue drôlement. Cette housse neigeuse coiffant la totalité de la carrosserie dégage en effet une odeur caractéristique: celle de la fiente d’oiseaux. Elle ne tombe pas du ciel, mais des quatre platanes qui font de l’ombre au trottoir. Leurs feuilles ont blanchi à leur tour.

C’est qu’ils sont colonisés du coucher au lever du soleil par des centaines d’étourneaux. Lesquels se servent des arbres comme dortoirs urbains, après avoir passé la journée en campagne à se nourrir de fruits, de baies et de grains de raisin. Une saine alimentation favorisant le transit à l’heure du coucher et du réveil.

Il est donc recommandé en ce moment de ne pas stationner sous ces feuillus aux branches douillettes, car l’étourneau s’y sent chez lui. Il y trouve une température plus élevée qu’en rase campagne et surtout davantage de sécurité contre les prédateurs. A Sainte-Clotilde, son plaisir se traduit par un chant comparable en intensité à celui d’un chœur d’armée.

Très en voix, les mâles sont de surcroît doués pour l’imitation. Dans leur vaste répertoire, fait de reprises et de citations sonores, ils intègrent les bruits de la rue, les klaxons et même les sonneries de téléphone. Les quatre platanes dortoirs plantés entre les rues Gourgas et Maraîchers valent actuellement le détour. Sous la neige, qui tombe en abondance. (TDG)

Créé: 06.10.2017, 20h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Harcèlement: la parole des femmes se libère
Plus...