Naxoo: les élus municipaux demandent des comptes

GenèveSuite au refus de la vente des actions de la Ville à UPC Cablecom, motions et interpellations ont été déposées au Municipal.

Affiches électorales contre la vente de Naxoo. Genève, le 24 janvier 2014, rue du Mont-Blanc.

Affiches électorales contre la vente de Naxoo. Genève, le 24 janvier 2014, rue du Mont-Blanc. Image: Pascal Frautschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 9 février, la majorité des habitants de la ville de Genève s’opposait à ce que cette dernière vende ses parts de Naxoo à l’opérateur UPC Cablecom. Sans surprise, le sujet continue de susciter le débat parmi les élus. Mardi, lors de la plénière du Conseil municipal, trois motions et une interpellation ont été déposées par des groupes politiques de différents bords. Leur objectif? Qu’Exécutif et Délibératif se penchent sur l’avenir de la société et analysent le résultat du vote.

Afin de gagner du temps dans les débats, les élus ont accepté de regrouper cette pluie de textes, émanant d’Ensemble à Gauche, du MCG, de l’UDC et du PLR. Certains demandent entre autres que le Conseil administratif établisse un plan d’action quant à l’avenir de Naxoo, «à court, à moyen et à long terme, précise Pierre Vanek, élu d’Ensemble à Gauche et membre du comité référendaire. Il est également nécessaire d’effectuer un état des lieux technique et juridique de la société.» Pour le PLR Simon Brandt, la Commission des finances doit désormais pouvoir se pencher sur le résultat du vote. «Il faut que le Conseil administratif vienne expliquer pourquoi la communication a été aussi catastrophique et pourquoi ce dossier a été aussi mal géré», estime l’élu.

Malgré l’inquiétude et les demandes formulées par le Municipal, l’Exécutif juge de son côté qu’il est temps de lâcher la pression sur Naxoo. «A trop vous agiter, c’est l’entreprise que vous tuez», estime Sandrine Salerno, maire socialiste. Pour elle, les élus doivent «se calmer sur ce dossier et arrêter d’en débattre publiquement en avançant tout et n’importe quoi, créant ainsi un climat délétère. Mais l’avenir de la société sera compliqué à gérer.» En s’opposant à la vente des parts de la Ville à 53%, ses habitants ont fait capoter un accord de 57 millions de francs. Pour permettre à Naxoo de faire face à la concurrence féroce dans le domaine, la Municipalité devra par ailleurs injecter de l’argent dans la société, dont elle possède 51,2% des actions.

Le Municipal a néanmoins choisi de ne pas commencer à décortiquer l’avenir de Naxoo ou d’analyser le résultat du vote lors de sa séance de mardi, mais de le faire en Commission des finances. Les élus ont finalement accepté ce renvoi à 48 oui contre 17 non et une abstention.

En plus de ces quatre textes, onze objets ont été déposés en urgence lors de la séance de mardi. Résultat: aucun des très gros dossiers en attente, tels que la dernière étape de l’aménagement de la plaine de Plainpalais, la rénovation du Grand Théâtre et la réfection de l’ensemble des Minoteries, n’ont pu être débattus.

(TDG)

Créé: 26.02.2014, 08h08

Articles en relation

Naxoo: «Nous sommes prêts, il y a un budget!»

Genève Emplois, modèle d’affaires: que reste-t-il du câblo-opérateur après le refus de  la vente des actions de la Ville? Plus...

Naxoo reste en mains de la Ville de Genève

Référendum Actionnaire majoritaire, la Ville de Genève souhaitait se débarrasser des ses actions au profit de Cablecom. La population en a décidé autrement. Plus...

La «liquidation» de Naxoo a commencé en catimini

Votations Cablecom démarche les clients du câblo-opérateur. Sans attendre le 9 février, date du référendum contre la vente des actions de la Ville. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.