Passer au contenu principal

Mutilations des intersexes: éclaircissements demandés

Deux motions veulent interdire les interventions non nécessaires sur les enfants dont le sexe est indéfinissable. Le débat est relancé.

La Suisse a été condamné par l'ONU quatre fois pour la pratique de mutilations sur des personnes intersexes.
La Suisse a été condamné par l'ONU quatre fois pour la pratique de mutilations sur des personnes intersexes.
Laurent Guiraud

C’est un peu l’histoire d’un retour à la case départ. Deux motions contre les mutilations des personnes intersexes ont été approuvées en avril par le Grand Conseil. Entre 20 et 40 enfants naissent chaque année en Suisse sans pouvoir être catégorisés fille ou garçon, car ils portent les caractéristiques des deux sexes. Certains ont subi des opérations non nécessaires qui engendrent des dommages psychiques et physiques par la suite. Les deux textes demandaient notamment au gouvernement d’interdire ces pratiques. Mais les rapports fournis en réponse par le Conseil d’État viennent d’être renvoyés en commission.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.