Le Muséum d’histoire naturelle se penche sur les cacas d’animaux

EXPOSITION Les défécations racontent toute une histoire. Pour les bêtes qui les produisent, elles possèdent souvent un sens. A voir dès mardi 3 avril.

Une mouche sur son terrain favori. On parle vulgairement de «mouche à merde».

Une mouche sur son terrain favori. On parle vulgairement de «mouche à merde». Image: Muséum d’histoire naturelle

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est son œuvre. Pour en parler, Manuel Ruedi arbore le T-shirt idoine, «trouvé aux Etats-Unis.» En forme de damier, le motif montre des cacas d’animaux. Mais attention! Pas n’importe lesquels. Il s’agit là d’espèces menacées ou en voie d’extinction: le grizzli, la panthère de Floride ou le chien des prairies de l’Utah.

Depuis bientôt six ans, ce conservateur du Muséum d’histoire naturelle prépare en effet la nouvelle exposition, consacrée aux déjections animales. «Quand j’en parlais, on me répondait que c’était dégoûtant. La bouse de vache a beau fleurer la campagne, elle ne s’en situe pas moins de nos jours dans une zone taboue. L’évocation même de son fumet suscite la répulsion.» Nous ne sommes pourtant pas au Japon, où la moindre odeur naturelle devient aujourd’hui insupportable…

Territoires et renseignements

Pourtant, comme le dit Manuel, chaque crotte «raconte une histoire». «Et c’est elle que je voulais expliciter dans «KK Zoo»! Une merde constitue bien plus qu’un déchet. Elle marque un territoire. Elle donne des indications aux congénères de ceux qui l’ont faite. Tenez! Prenez la genette, qui reste une espèce plutôt solitaire. Elle posera soigneusement ses selles sur d’autres, afin de signaler sa présence. Elle représente un peu son face book.»

Après avoir convaincu l’institution, alors dirigée par Danielle Decrouez, Manuel Ruedi avait tracé plusieurs pistes de travail. «Il y en avait vingt et une. Je m’étais arrêté là, alors que le sujet se révèle inépuisable.» La réalité du bâtiment, par ailleurs en bien mauvais état, a pris le dessus. «Il a fallu sélectionner quatre ou cinq idées pour les mener à leur aboutissement.» La manifestation se veut en effet scientifique, «tout en restant ludique.» Dame! Il ne faut jamais oublier ici que le Muséum reste avant tout visiter par les familles, «et donc des enfants.» Beaucoup d’enfants. L’institution, qui a accueilli 270?000 personnes en 2011, espère 100?000 visiteurs pour «KK Zoo».

La plage de Tahiti

Ces chers petits, sortis depuis quelques années de leur stade sadico-anal, auront beaucoup à voir dès mercredi 4 avril. Mais ils pourront aussi toucher, sentir, analyser et évaluer des objets plus ou moins sortis de leur contexte. «Nous ne montrons pas d’animaux en train de déféquer.» Guidé par le Professeur Copros, le jeune public pourra même appliquer ses connaissances toutes fraîches pour un quiz final. Eh bien, il n’est pas facile de dire qui produit quoi… Je m’y suis, si j’ose dire, cassé les dents.

Plusieurs films parsèment bien sûr l’exposition «KK Zoo». L’un montre, au Pérou, la récolte du guano, qui constitue une forme de crotte. «On aurait aussi pu prendre le phosphate au Maroc.» Un autre permet de retrouver mon interlocuteur se promenant en été sur un chemin sylvestre. Il y examine chaque défécation, le long du sentier. «La plupart d’entre elles appartiennent en fait à des renards.»

Mais il s’apprend bien des choses le long du parcours, que dessert hélas un décor assez moche! «Prenez le sable. Le plus blanc. Le plus recherché. Celui de Tahiti. Il s’agit de déjections de poissons se nourrissant de coraux. Pour un peu de matière animale, ils avalent quantité de minéraux. Il faut bien l’éliminer ensuite d’une manière ou d’une autre.» Des plages de rêve qui sont d’immenses latrines. Ben crotte, alors!

Pratique

«KK Zoo», Muséum d’histoire naturelle, 1, route de Malagnou, du 3 avril 2012 au 13 avril 2013, Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h. Tél. 022?418?63?00, site www.ville-ge.ch/mhng Entrée gratuite.

(TDG)

Créé: 02.04.2012, 12h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

30.000 fidèles à Palexpo
Plus...