Musée d’art et d’histoire: des leçons à tirer du passé

VotationAprès le non sorti des urnes, l’Exécutif est devant une page blanche. Toutes les options, même celle d’un pôle muséal au PAV, seront examinées. Le MEG et l’Ariana peuvent servir d’exemples.

Pour étendre le MAH, plusieurs pistes pourraient être examinées. Ce qui est sûr: rien ne sera fait dans la précipitation.

Pour étendre le MAH, plusieurs pistes pourraient être examinées. Ce qui est sûr: rien ne sera fait dans la précipitation. Image: PIERRE ABENSUR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au lendemain du vote qui a enterré l’extension du Musée d’art et d’histoire (MAH), l’Exécutif de la Ville de Genève se retrouve «devant une page blanche». Objectif: «Envisager toutes les options et construire un front large, ce qui ne sera pas aisé vu les clivages, souligne le chef de la Culture, Sami Kanaan. Mais nous ne ferons rien dans la précipitation.» Le passé muséal récent nous offre une échelle: il faut plus de dix ans pour qu’un nouveau projet aboutisse.

Un MAH au PAV?

Pourtant, les vainqueurs du scrutin ont déjà une idée ferme sur la question. Ils proposent de se lancer sans attendre dans la rénovation, et d’en profiter pour couvrir la cour et creuser en sous-sol. Le gain en surface ne serait-il pas suffisant? «Ces éléments, présents dans le projet Nouvel, pourront être pris en compte, note Sami Kanaan. Mais il faudra faire les choses dans l’ordre. En 1998, les responsables avaient commencé par mettre en place le projet architectural. Cette fois, nous souhaitons que l’architecture soit au service du projet muséal.»

Lire notre éditorial Le trou des Vernets avant le MAH

Pour étendre le MAH, les opposants veulent annexer le bâtiment des Casemates, qui héberge la Haute Ecole d’art et de design, et creuser sous la butte de l’Observatoire. Mais d’autres pistes pourraient être examinées. «Le tissu urbain est dense, mais j’entrevois une hypothèse: créer un pôle muséal au PAV [secteur Praille-Acacias-Vernets]. C’est très abstrait à ce stade, et cela ne règle pas la question du bâtiment actuel.» Le musée pourrait donc quitter ses murs? «Ma priorité, ce n’est pas le bâtiment, mais le musée. Il coûte 32 millions par an; la moindre des choses, c’est d’avoir un outil adéquat. Pour l’heure, les défenseurs du patrimoine veulent mettre cet édifice dans le formol. S’il est sacré au point que l’on ne puisse rien y faire, il serait préférable de le quitter.»

L’Ariana, fermé durant douze ans

Quoi qu’il en soit, repartir à zéro prendra du temps. En 2001, le peuple rejette la construction du Musée d’ethnographie (MEG) sur la place Sturm. Il a fallu treize ans pour aboutir à un nouveau projet, inauguré à la Jonction en 2014. A Lausanne, en 2008, l’idée d’un Musée cantonal des beaux-arts à Bellerive est refusée. Le projet de pôle muséal, né sur ces cendres, devrait être inauguré en 2019.

On peut remonter plus loin: en 1981, les Genevois refusent un premier crédit de rénovation pour l’Ariana. Le musée, délabré, ferme ses portes… durant douze ans! «Il neigeait à l’intérieur! La situation était la même qu’au MAH: aucune rénovation n’avait été entreprise durant cent ans, explique Isabelle Naef Galuba, directrice de l’institution. Ce n’est pas du chantage de dire que le MAH risque de fermer.»

«C’est justement ce qui n’arrivera pas, estime quant à lui Robert Cramer, président de Patrimoine suisse Genève, fer de lance de l’opposition au projet Nouvel. Le projet d’extension prévoyait déjà de fermer le musée pendant six ans. En partant rapidement sur une rénovation, deux ans suffiraient. Et la comparaison avec l’Ariana est pertinente. Dans les deux cas, c’est l’intervention sur un monument historique qui a posé problème. Le premier projet à l’Ariana projetait de gagner des mètres carrés en comblant le vide dans la rotonde à l’entrée. De la même manière qu’on a voulu bourrer la cour du MAH. Cela n’a pas passé. Et les arguments des partisans étaient similaires: ils refusaient de dépenser autant d’argent pour une simple rénovation.» Mais pour Isabelle Naef Galuba, le cas reste différent: «Contrairement au MAH, beaucoup de surface n’était pas exploitée à l’Ariana. La rénovation finale a permis de gagner en espaces techniques, d’expositions, de bureaux et même de dépôts. Elle tenait compte des nouveaux besoins en muséographie.»

Quant au MEG, la question patrimoniale ne se posait pas puisqu’il s’agissait de faire sortir de terre un bâtiment nouveau. Mais pour André Klopmann, coordinateur en 2001 de la campagne en sa faveur, le même cas de figure se reproduit: «Comme pour le MEG, on va aboutir dans quinze ans à une solution minimaliste et insatisfaisante, qui coûtera tout aussi cher. On va tout perdre sur une addition de colères, dont aucune, seule, n’aurait remporté la majorité.»


A quand un musée horloger?

Depuis la fermeture du Musée de l’horlogerie et de l’émaillerie à la suite d’un cambriolage, en 2002, le Patek Philippe Museum est le seul musée privé dédié à l’horlogerie. La Cité du Temps, sur le pont de la Machine, sert surtout d’outil marketing au groupe Swatch. Des marques genevoises prestigieuses comme Vacheron Constantin (fondée en 1755), Chopard, Piaget, Baume & Mercier ou Rolex gagneraient à voir leurs garde-temps historiques être exposés. Les industriels genevois ont également les moyens financiers de remplacer d’autres mécènes en créant un lieu servant aussi à des rencontres privées. Pour Juan Carlos Torres, CEO de Vacheron Constantin, «il faut prendre acte de cette décision des Genevois». Mais «l’absence d’espace dédié aux collections d’horlogerie depuis 2002» se fait cruellement sentir. Cet industriel appelle à «se remettre rapidement au travail avec la Ville de Genève et les autres acteurs de l’horlogerie genevoise pour trouver des solutions à ce qui serait un point d’attractivité culturelle indéniable pour Genève». «Je regrette cette décision des électeurs», lâche Pierre Poncet, président de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève. Qui considère aussi que l’horlogerie genevoise mérite de voir ses œuvres hébergées dans un musée, «même s’il faut repartir de zéro». Juan Carlos Torres est aussi sûr qu’un beau musée provoquerait «des retombées économiques certaines». Quant à François-Paul Journe, patron des montres du même nom, il applaudit des deux mains sur la question de la création d’un musée international d’horlogerie: «C’est une évidence! A l’instar de La Chaux-de-Fonds qui s’est dotée d’un musée fantastique sans avoir les moyens financiers de Genève…»

A Genève, l’apparition de l’horlogerie remonte au milieu du XVIe siècle; il y a quatre cents ans naissait la première corporation d’horlogers du monde sous le nom de Maîtrise des horlogers de Genève; et c’est à Genève, en 1824, qu’a été créée la première école d’horlogerie de Suisse. L’ancrage historique de cette branche dans le canton sont nombreux. L’horlogerie fait partie de l’ADN de Genève. R.R./R.ET. (TDG)

Créé: 29.02.2016, 20h29

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Articles en relation

Le peuple a refusé le projet Nouvel. Que va-t-il se passer?

Votation sur le MAH L’extension du Musée d’art et d’histoire a été rejetée à 54,3%. La Ville s’oppose à une simple rénovation. Plus...

Oui à la caserne, non au Musée, quatre non suisses

Résultats définitifs à Genève La Ville inflige une claque au ministre socialiste de la Culture Kanaan. Le Conseil d'Etat gagne l'opération Vernets. Les Genevois votent non aux quatre objets fédéraux. Plus...

Au musée, le personnel et les visiteurs livrent des réactions passionnées

Votation sur le MAH Reportage dans les salles du Musée d'art et d'histoire, à l'heure des résultats de la votation sur sa rénovation et son extension. Plus...

Les opposants à l'extension du Musée d'art et d'histoire ont été déboutés par la justice

Le recours déposé en février concernant la campagne menée par la Ville a été en partie déclarée irrecevable. Plus...

MAH: duel pour l’amour de l’art

Votation sur le ?Musée d’art et d’histoire L’archéologue Charles Bonnet et le galeriste Pierre Huber partagent le même attachement au Musée d'art et d'histoire, mais l’un préconise de voter oui à l’extension, l’autre non. Pour quelles raisons? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Référendum sur l'avortement en Irlande
Plus...