Le Municipal valide le crédit pour les nettoyeurs des WC publics

Ville de GenèveProposée par l'Exécutif, cette enveloppe de 158 000 francs permet d'employer à temps plein tous les salariés d'Onet.

Les grévistes et les syndicats avaient manifesté à plusieurs reprises devant le Palais Eynard, où siège l'Exécutif.

Les grévistes et les syndicats avaient manifesté à plusieurs reprises devant le Palais Eynard, où siège l'Exécutif. Image: TA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La grève est terminée. Après l'annonce du Conseil administratif d'allouer une enveloppe complémentaire de 158 000 francs à l'entreprise Onet SA, les nettoyeurs avaient décidé, début avril, de suspendre leur mouvement et de reprendre le travail. Réuni en séance plénière mardi soir, le Conseil municipal a validé ce «crédit extraordinaire» par 48 voix contre 8, celles de l'UDC, et 8 abstentions, venues du PDC.

Ce vote entérine l'accord signé entre les grévistes et Onet. Les 14 salariés seront désormais employés 43 heures par semaine, ce qui était l'une de leurs principales revendications. Au total, le montant alloué par la Ville de Genève à la société s'élève désormais à 1,148 million de francs par année. Le nombre de passages dans les toilettes publiques sera revu à la hausse.

«Cette proposition permet de sortir d'un conflit social très douloureux», a déclaré le maire Sami Kanaan. Aux côtés des grévistes depuis le début du conflit, le syndicat SIT s'est félicité du vote des conseillers municipaux. «C'est une belle victoire, a réagi la secrétaire syndicale Camille Layat. De mémoire, c'est la première fois qu'une grève dure aussi longtemps dans ce secteur.» Le conflit se sera étendu sur 51 jours.

«Boîte de Pandore»

La majorité s'est formée avec les voix de la gauche, alliées à celles MCG et du PLR. En commission, le libéral-radical Simon Brandt avait ouvert la voie à un accord en proposant déjà d'augmenter l'enveloppe allouée à Onet. Mardi, il a échoué à faire passer un amendement demandant que lors du prochain appel d'offre, en 2020, l'entreprise retenue engage uniquement des employés à temps plein et au bénéfice d'un CFC pour «éviter tout dumping salarial».

A droite, on craint d'ouvrir «la boîte de Pandore», dixit le MCG Daniel Sormanni, qui a fini par dire oui. «Un vote positif crée un précédent qui serait problématique, a insisté la PDC Marie Barbey-Chappuis. C'est à la Ville en tant qu'adjudicatrice de définir ses besoins. Ce n'est ni aux entreprises ni aux syndicats.» Pour le néo-UDC Vincent Schaller, Onet étant une société privée, «ce n'est pas au contribuable de payer la facture». Il aurait fallu, selon lui, résilier le contrat. «Le contrat est licite», a rétorqué le magistrat Sami Kanaan.

La gauche, elle, aurait préféré que la Ville réinternalise ses nettoyeurs. Aux yeux du socialiste Pascal Holenweg, cette solution est «indispensable et insuffisante» à la fois. Un «sparadrap» sur «une jambe pourrie», estime Tobia Schnebli d'Ensemble à Gauche. Pour sa collègue de parti Maria Pérez, l'externalisation a été justifiée par la rigueur budgétaire, alors que demain, à l'occasion de la présentation des comptes, la Ville annoncera une nouvelle fois «des millions de francs de boni».

Des revendications entendues

Outre des emplois à temps plein, les grévistes ont notamment obtenu l'établissement de plannings fixes à l'année, la mise en conformité des taux de cotisation LPP, des programmes de formation ainsi que la réintégration d'un collègue récemment licencié.

Présents dans la salle de l'Organisation météorologique mondiale, où siège provisoirement le Municipal, les représentants des grévistes ont fait part de leur soulagement à l'issue du vote. Ils affirment que la reprise du travail et leur réintégration au sein d'Onet se sont bien passées jusqu'à présent.

Créé: 16.04.2019, 23h01

Articles en relation

Les nettoyeurs des WC publics suspendent leur grève

Ville de Genève Un accord a été trouvé avec l'entreprise de nettoyage Onet. Le Municipal doit encore valider le crédit proposé par l'Exécutif. Plus...

Solution en vue pour les nettoyeurs des WC publics

Ville de Genève Le Conseil administratif va proposer d'allouer 120'000 francs supplémentaires à l'entreprise de nettoyage Onet. Plus...

Grève des nettoyeurs des WC publics: «Ce n'est plus durable»

Ville de Genève Le personnel d’entretien des toilettes publiques est en grève depuis plus de dix jours. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Smog: les voitures polluantes interdites de centre-ville
Plus...