Passer au contenu principal

Faute de moyens, l’éducation sexuelle est suspendue

Des élèves sont privés de cours de santé. Les moyens ont été réalloués aux classes d’accueil et à la lutte contre le cyberharcèlement.

Extraits de l’émission «TEENSPIRIT», où deux jeunes évoquent la sexualité de manière documentée mais décalée avec un sexe féminin en tricot ou des cupcakes évocateurs.
Extraits de l’émission «TEENSPIRIT», où deux jeunes évoquent la sexualité de manière documentée mais décalée avec un sexe féminin en tricot ou des cupcakes évocateurs.

Cette année, on ne va pas beaucoup parler de sexualité à l’école. Au Collège ainsi que dans 21 écoles primaires et cinq cycles, les quelques heures d’éducation à la santé ont été suspendues et la dotation horaire réduite dans certaines Ecoles de culture générale. Le motif? Il est double. Au Cycle et au primaire, les ateliers de deux heures et quatre heures ont été remplacés par une sensibilisation à la lutte contre le cyberharcèlement. Au secondaire II, ces heures ont été réallouées à l’éducation à la santé des élèves migrants en classes d’accueil, de la formation professionnelle et de l’enseignement spécialisé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.