Passer au contenu principal

Monica Bonfanti: «La police n’a pas été prise de court»

Pointée du doigt pour la mauvaise gestion de la situation, la cheffe de la police Monica Bonfanti explique la doctrine d’engagement en la matière.

Image d'archive.
Image d'archive.
Keystone

Sur les 500 manifestants partis du parc des Cropettes la nuit passée pour investir la ville, une cinquantaine de perturbateurs masqués ont d’emblée cherché les ennuis. Ils ont pris la rue pour défendre les lieux de culture alternative, selon un flyer distribué durant le défilé. La police savait qu’une manifestation sauvage se préparait. A-t-elle sous-estimé son ampleur, alors qu’elle est largement mise à contribution pour prévenir un acte terroriste? La cheffe de la police, Monica Bonfanti, s’explique.?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.