Passer au contenu principal

La moitié des Genevois se sentent en insécurité le soir

La proportion des habitants qui craignent de sortir après 22h a bondi en trois ans, selon une enquête présentée ce matin par les autorités.

Genève, le 12 juin 2014. Nouvel Hôtel de Police. Diagnostic local de sécurité. Conférence de presse avec Pierre-Alain Tschudi (conseiller administratif Meyrin), Thierry Apothéloz (maire de Vernier), la cheffe de la police Monica Bonfanti, et le conseiller d'Etat Pierre Maudet.
Genève, le 12 juin 2014. Nouvel Hôtel de Police. Diagnostic local de sécurité. Conférence de presse avec Pierre-Alain Tschudi (conseiller administratif Meyrin), Thierry Apothéloz (maire de Vernier), la cheffe de la police Monica Bonfanti, et le conseiller d'Etat Pierre Maudet.
Laurent Guiraud

Le sentiment d’insécurité gagne du terrain à Genève, alors que les chiffres de la criminalité se sont améliorés depuis deux ans. Un décalage qui ressort du Diagnostic local de sécurité (DLS) présenté ce jeudi matin par la police genevoise et le Département de la sécurité.

Près de 50% des Genevois confient avoir des craintes en sortant dans leur quartier le soir après 22h, contre 37% en 2010, 29% en 2007 et 32% en 2004, lors des précédentes enquêtes. La proportion de personnes estimant que la sécurité s'est dégradée reste élevée, à 70% en 2013, comme en 2010.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.