Un Modigliani «spolié» se cache à Genève

«Panama Papers»Des documents montrent que le tableau appartiendrait à David Nahmad, un influent collectionneur d’art.

L'«Homme assis appuyé sur une canne», tableau d'Amedeo Modigliani (1884-1920), est évalué à 25 millions de dollars.

L'«Homme assis appuyé sur une canne», tableau d'Amedeo Modigliani (1884-1920), est évalué à 25 millions de dollars. Image: Christie's Images/Corbis

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans les Ports Francs de Genève sommeille l’Homme assis appuyé sur une canne de Modigliani. Estimé à 25 millions de dollars, ce tableau se trouve aujourd’hui en pleine tempête judiciaire. Depuis plusieurs années, la justice américaine tente de savoir à qui elle appartient. L’œuvre aurait été spoliée pendant la deuxième guerre mondiale et serait aujourd’hui détenue par les Nahmad, une famille multimilliardaire ayant bâti sa fortune sur le commerce d’œuvres d’art.

Notre dossier sur les Panama Papers mis à jour en continu

Devant la justice, les Nahmad affirment que le Modigliani ne leur appartient pas. Il serait la propriété d’International Art Center (IAC), une société offshore. En août dernier, lorsqu’ils écrivent à la juge de la Cour suprême de New York, les avocats des Nahmad déclarent: «Personne d’autre dans le monde, y compris la galerie Helly Nahmad, Helly Nahmad ou David Nahmad, ne possède la toile». Un tour de passe-passe, si l’on en croit les Panama Papers. Les documents montrent en effet que les actionnaires d’IAC ne sont autres que les Nahmad eux-mêmes.

Selon Mondex Corp, une entreprise canadienne spécialisée dans la traque d’œuvres spoliées, le tableau aurait été volé par les nazis à un collectionneur d’art juif qui a fui Paris en 1939. Septante ans plus tard, Mondex a proposé à son petit-fils, Philippe Maestracci, aujourd’hui âgé de 71 ans, d’entreprendre des démarches pour récupérer le Modigliani. Mais jusqu’à aujourd’hui, les plaignants n’ont pas réussi à trouver la preuve irréfutable que la société IAC appartient bel et bien aux Nahmad.

«L'argent, je m'en fiche. Je le fais pour la mémoire de mon grand-père»

Un autre élément permet de dissimuler la propriété d’une œuvre: les ports francs. Légalement, rien n’oblige en effet les locataires à indiquer qui se cache derrière une société offshore stockant une œuvre. Dans l’affaire du Modigliani, l’entreprise Rodolphe Haller, l’un des plus grands locataires des Ports Francs de Genève, a ainsi simplement déclaré à la justice américaine qu’elle stockait le tableau pour le compte d’IAC.

Avec les révélations des Panama Papers, le bouclier juridique mis en place par la famille Nahmad se fissure. Philippe Maestracci parviendra-t-il un jour à récupérer le tableau de 25 millions de dollars? «L’argent je m’en fiche, assure l’intéressé. Je le fais pour la mémoire de mon grand-père.»

Lire le récit complet

(TDG)

Créé: 07.04.2016, 20h01

Panama Papers


Les données secrètes de quelques 215'000 sociétés offshore ont été obtenues par la «Süddeutsche Zeitung», qui les a partagées avec le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). En Suisse, l’opération coordonnée par la cellule enquête du «Matin Dimanche» et de la «SonntagsZeitung», paraît simultanément dans «24 heures», «La Tribune de Genève», le «Tages-Anzeiger» et le «Bund».

Articles en relation

Les USA, grands absents des «Panama Papers»

Fuites Les révélations épargnent les Américains qui n'ont en fait pas besoin de domicilier leurs sociétés offshore au Panama. Ils ont tout ce qu'il faut chez eux. Plus...

Ueli Maurer défend les placements offshore

«Panama Papers» Le ministre des finances a donné une interview au «Blick». Il revient sur le scandale «Panama Papers». Plus...

L’industrie des sociétés offshore passe par des banques genevoises

Panama Papers A Genève, des groupes financiers apparaissent au bout de nombreuses affaires mises au jour depuis dimanche soir. Plus...

Une multitude d’affaires secouent l’Argentine

Amérique latine Une enquête est ouverte contre le président dans le cadre des «Panama Papers». La justice traque aussi d’anciens dirigeants. Plus...

«Le business de l’opacité se concentre au Panama»

Interview Pascal Saint-Amans, responsable des affaires fiscales à l’OCDE, nous livre ses propres évaluations des enseignements tirés de «Panama Papers» Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Affaire Maudet: nouvelle révélation
Plus...