Passer au contenu principal

La mobilité douce devra se hâter lentement

L’Etat édicte un plan d’actions pour le réseau cyclable et piétonnier. On reste loin des objectifs.

L’Etat manque de moyens pour réaliser les objectifs découlant de l’initiative votée par le peuple en mai 2011.
L’Etat manque de moyens pour réaliser les objectifs découlant de l’initiative votée par le peuple en mai 2011.
Olivier Vogelsang

L’Etat se dote d’un plan d’actions pour développer la mobilité douce à Genève. Adopté à la fin d’octobre par le gouvernement, le document liste 56 mesures à entreprendre ou étudier jusqu’en 2018 pour faciliter la vie des piétons et des cyclistes. Le tout avec «une vision pragmatique et adaptée au contexte budgétaire actuel», selon les termes introductifs du conseiller d’Etat Luc Barthassat.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.