Le millésime 2017: petit en volume, «magnifique» en qualité

Vigne et vinLe gel de la fin avril 2017 a détruit un bon tiers de la vendange. La cuvée y a gagné en concentration.

Photo de famille sur les marches du Palais de l'Ariana. au premier plan,  Isabelle Naef Galiba , directrice de l’institution , et Raymond Loretan, président du Club diplomatique, marraine et parrain du millésime.

Photo de famille sur les marches du Palais de l'Ariana. au premier plan, Isabelle Naef Galiba , directrice de l’institution , et Raymond Loretan, président du Club diplomatique, marraine et parrain du millésime. Image: JFM

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Alors, il est comment le millésime 2017?» Robert Cramer a résumé en deux mots le fruit de la vendange: «Une des plus petites récoltes de ces quarante dernières années mais des concentrations magnifiques. Une cuvée qui mérite d’être conservée cinq, dix ou quinze ans. En attendant, buvez le 2016, qui est aussi excellent.» Le conseiller aux États Vert navigue toujours comme un poisson dans l’eau dans les milieux vitivinicoles genevois, dont il préside l’interprofession depuis 2013.

Le petit volume est la conséquence de la catastrophe météorologique de la fin d’avril. Un gel de printemps plus sévère que d’ordinaire qui grilla en une nuit un bon tiers du vignoble genevois. L’ambiance n’était donc pas tout à fait à la fête mercredi soir dans le temple suisse de la céramique, l’Ariana, fiché au cœur de la Genève internationale. Isabelle Naef Galuba, la directrice de l’institution, déclarée l’an dernier d’importance nationale, est la marraine de la vendange 2017. Elle partage cet honneur avec Raymond Loretan, président du Club diplomatique de Genève. «Qu’un Valaisan soit l’ambassadeur des vins genevois en dit long sur la qualité de vos crus», a dit celui qui préside le comité d’études de la traversée du lac et est aussi, entre autres, administrateur de la cave de Salquenen.

Sébastien Barthassat, œnologue de la Cave de Genève (25% de l’encavage du canton) et petit-cousin du ministre actuel de l’Agriculture, également présent à l’Ariana, confirme les propos de Robert Cramer: «Les vins genevois, particulièrement ceux qui sont élevés en barriques, peuvent parfaitement se conserver plusieurs années.» Aux côtés de la Cave de Genève, une trentaine d’encaveurs des trois principales régions viticoles du canton, le Mandement, Lully et Arve-Lac, offraient à la dégustation une sélection de leurs crus à quelque 200 invités de l’Office de la promotion de l’agriculture et à son président, John Schmalz.

Genève est le canton des découvertes et des bonnes surprises tant la soif de la diversité et de l’innovation semble dévorer ses viticulteurs et encaveurs. On tire le parrain du millésime 2017 chez Sébastien et Eva Dupraz, de Soral. La Cave des Chevaliers a reçu un Sanglier d’or en 2012 pour un chasselas. On y cultive aussi avec amour et parcimonie deux cépages «étrangers»: le païen (un savagnin blanc du Haut-Valais) et la petite arvine. Découverte. Silence. «Extraordinaire», dit Dominique Louis, toujours bien placé. L’ancien chef du protocole de la République n’a pas perdu l’art de vanter Genève; il passe sa retraite à enseigner le civisme à l’école de police de Savatan. L’ambiance était plus à l’apéro dînatoire qu’à la dégustation. «Tous les vins sont de qualité aujourd’hui, même les vins de cuisine», note le nouveau directeur de la Cave, Jérôme Leupin. Les raisins sont produits selon divers modes de culture qui préservent l’environnement, explique-t-il, la pressée est délicate, l’élevage est l’œuvre d’œnologues professionnels. Enfin, le marché est hyperconcurrentiel. Seuls les meilleurs peuvent s’en sortir. Chacun pourra se faire sa religion le 26 mai, jour des Caves ouvertes. (TDG)

Créé: 03.05.2018, 14h41

Articles en relation

Frappée par le gel, la vigne genevoise a très peu donné

Viticulture La vendange 2017 est la plus faible depuis au moins quarante ans. Pour autant, le prix de la bouteille ne va pas augmenter. Plus...

Ce que raconte l’ADN des cépages suisses

Terroir Généticien de la vigne, José Vouillamoz publie une bible sur 80 des 252 sortes de raisins cultivés ici. Et égratigne au passage quelques légendes sur l’origine de plants patrimoniaux. Plus...

L’été chaud répare un peu les dégâts du gel

Viticulture La météo de cet été a permis à la vigne de repousser, mais les rendements seront faibles. Plus...

Caves ouvertes: après la gelée, les sourires retrouvés

Genève La 30e édition des Caves ouvertes connaît un franc succès. Du baume au cœur pour les vignerons, durement touchés par le gel. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...