Passer au contenu principal

Migrants, Bunkers, Poggia: un débat utile au Galpon

«Dormir dans un dortoir de seize places durant plus de six mois, c’est complètement délétère», a rappelé Sophie Durieux des HUG.

Théâtre du Galpon, table ronde sur le logement des migrants, Mohammad Awad Yadallah.
Théâtre du Galpon, table ronde sur le logement des migrants, Mohammad Awad Yadallah.
Georges Cabrera

D’abord, en guise d’état des lieux visuel et sonore, un court-métrage tourné au smartphone embarqué, réalisé par Anne-Claire Adet. Son titre, Bunkers, son sous-titre incitatif: «Bienvenue en enfer». Nous voici dans l’une de ces structures souterraines où s’entassent les migrants, au fil des nuits sans sommeil. Le traitement interpelle, la musique dramatise, les propos sont accusateurs et sans retour.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

Articles en relation