Michèle Künzler: «On me juge sur ma coupe de cheveux»

Bilan à mi-législatureDans vingt mois, le gouvernement genevois se représentera devant les électeurs. La Tribune a passé l'ensemble des sept conseillers d'Etat sur le grill.

Michèle Künzler dans son bureau, au 2 rue de l'Hôtel-de-Ville: «Je ne suis pas directrice des TPG, seuls deux collaborateurs de mon département ont travaillé à la conception du réseau.»

Michèle Künzler dans son bureau, au 2 rue de l'Hôtel-de-Ville: «Je ne suis pas directrice des TPG, seuls deux collaborateurs de mon département ont travaillé à la conception du réseau.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Michèle Künzler, s’il fallait repenser le réseau TPG, opteriez-vous pour le système à trois lignes de tram?

– Oui, car le principe permet au réseau de grandir. Le système ne fonctionne pas encore de manière satisfaisante, mais il a le mérite de remplir l’objectif qui était d’augmenter les prestations des Transports Publics Genevois de 25% en deux ans.

Quelle part des dysfonctionnements assumez-vous?

– Je ne suis pas directrice des TPG, seuls deux collaborateurs de mon département ont travaillé à la conception du réseau. Par contre, sa mise en place a fait apparaître une crise de management au sein des TPG.

La direction et le conseil d’administration des TPG ont mal réagi…

– La direction s’est bien ressaisie suite à mon intervention, mais l’action du conseil d’administration était assez faible. Son président était malheureusement peu présent.

Quelle est votre vision de la mobilité?

– Je la pense au niveau de l’agglomération! Nous travaillons avec nos voisins français pour créer des P+R et des trams. Plus on approche de l’hypercentre, plus l’interconnexion des modes de transports doit être efficiente. Ici, la priorité doit revenir aux piétons, puis aux transports publics et évidemment aux véhicules de livraison.

On vous reproche de ne pas empoigner de gros dossiers, comme la traversée du lac. Que répondez-vous?

– Mark Muller voulait se charger de la traversée du lac, le Conseil d’Etat la lui a confiée. Mes priorités sont la piétonnisation des centres urbains, l’extension du réseau de trams et de la gare Cornavin.

Les renaturations de cours d’eau engagées par Robert Cramer arrivent à terme. Quels projets allez-vous lancer?

– Des contrats corridors biologiques, qui permettent à la ville d’être perméable à la faune et la flore, vont être signés.

Soutenez-vous la plage des Eaux-Vives?

– Complètement! Genève doit aussi offrir aux êtres humains un biotope avec des espaces de délassement. J’espère que les recours seront vite traités et que la plage sera prête en 2013 ou au pire en 2014.

Après deux ans, êtes-vous à l’aise dans votre rôle de conseillère d’Etat?

– Je me suis sentie tout de suite bien et à ma place dans cette fonction. On trouve surprenant de me voir à ce poste parce que je viens d’un milieu populaire. On me juge sur ma coupe de cheveux. On pourrait plutôt évoquer mon respect pour l’institution et mon sens des responsabilités.

Votre coupe de cheveux? Y a-t-il du sexisme au sein du Conseil d’Etat?

– Un certain paternalisme… Avec l’arrivée des trois femmes, j’inclus la chancelière, l’équilibre de l’équipe a changé. Cela tient aussi à la répartition des dossiers. Ce rapport de force imposé au départ a plombé l’ambiance, mais il en faut plus pour me décourager.

Créé: 14.02.2012, 10h05

Forces et faiblesses

Michèle Künzler possède les qualités de ses défauts. La conseillère d’Etat se dit consciente de ses faiblesses et les assume.
Ses faiblesses:ses opposants politiques lui reprochent d’être trop naturelle et transparente; certains critiquent son look et sa manière de s’exprimer en public. Beaucoup évoquent un manque de vision et aimeraient la voir empoigner de grands dossiers.
Ses forces:politicienne de compromis, la magistrate accumule les petites victoires sur le terrain. Ses partenaires et employés parlent d’une femme travailleuse, respectueuse, à l’écoute et sachant faire confiance. L. G.

Articles en relation

Mark Muller: «Je me donne les moyens de construire»

Bilan à mi-législature 2009-2013, le gouvernement a franchi la mi-législature. La «Tribune de Genève» a invité les sept conseiller d'Etat. Plus...

David Hiler: «J’ai toujours milité contre les déficits»

Bilan du Conseil d'Etat A la mi-législature du Conseil d’Etat, la «Tribune de Genève» invite chaque magistrat. Aujourd’hui, l'écologiste David Hiler Plus...

Charles Beer: «Je n'ai jamais été aussi motivé»

Bilan à mi-législature A la mi-législature du Conseil d'Etat, la Tribune de Genève invite chaque magistrat. Aujourd'hui, le socialiste Charles Beer. Plus...

Isabel Rochat: «Oui, j’ai commis des maladresses»

Police A la mi-législature du Conseil d’Etat, la «Tribune de Genève» invite chaque magistrat. Aujourd’hui, la libérale Isabel Rochat Plus...

François Longchamp: «Aucun système n’est immuable»

Bilan à mi-législature Il reste vingt-un mois au Conseil d'Etat avant le changement de législature. La Tribune de Genève a soumis les sept ministres à la question. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.