Meyrin s'offre des vestiaires à 5,6 millions de francs

AménagementLa partie n’était pas gagnée d’avance pour l’Exécutif. Le match a même été très disputé sur les bancs du Conseil municipal.

Ici, l'un des terrains de football du centre sportif des Vergers. Le Meyrin FC est l’un des plus grands clubs de Suisse.

Ici, l'un des terrains de football du centre sportif des Vergers. Le Meyrin FC est l’un des plus grands clubs de Suisse. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Meyrin FC est l’un des plus grands clubs de Suisse. C’est sans doute aussi l’un des plus chanceux. Lors de sa dernière séance, le Conseil municipal de la Cité satellite a en effet décidé de lui offrir de nouveaux vestiaires. Mais pas n’importe lesquels. Le crédit de construction flirte avec les 5,6 millions de francs!

Abasourdis par cette dépense, plusieurs élus ont bien tenté de botter en touche. En vain. Mais les débats ont été nourris et ont divisé parfois au sein même des partis.

8000 heures d'entraînement par an

De quoi parle-t-on au juste? De la sixième étape d’un vaste programme de développement du centre sportif des Vergers. Les deux nouveaux bâtiments répondent au fort accroissement des clubs de la commune.

Quelques chiffres pour s’en persuader. Le Meyrin FC, c’est 35 équipes, près de 80 entraîneurs et moniteurs, et surtout 750 joueurs de 4 à 20 ans, pour 8000 heures d’entraînements chaque année. Ajoutez à cela un club de rugby qui comporte des équipes masculines et féminines. Certes, cela fait du monde.

Une mauvaise copie

Au sein du Municipal, on est conscient des besoins des clubs. Mais la note passe mal. Pour une fois, c’est un élu UDC, Émile Hubert, qui allume la mêche: «Ce projet est magnifique, mais trop cher. J’ai fait du foot durant trente ans, ce sport me tient à cœur, mais près de 6 millions pour des vestiaires, c’est exhorbitant! Je demande le renvoi en commission des travaux publics.»

Le groupe PLR saisit la balle au bond. «Au départ, le projet devait coûter 3 millions, relève Pierre Boccard. Puis l’administration a revu sa copie. Cette nouvelle copie est mauvaise, incohérente et irresponsable, on dilapide les deniers publics!»

Un renvoi en commission? «Pour quoi faire? se demande le Vert Maurice Amato. Nous allons économiser au mauvais endroit pour finir par voter un nouveau projet dans cinq ans, avec des prix dans le bâtiment qui auront explosé...»

L'Exécutif entre en jeu

Les conseillers administratifs entrent alors en jeu. L’écologiste Pierre-Alain Tschudi admet «qu’on aurait pu faire autrement, mais si on relance une étude, la note sera plus élevée».

Son collègue PDC Jean-Marc Devaud avoue avoir été lui aussi «très surpris du coût du projet. Reste que la situation économique a changé. Aujourd’hui, dans le gros œuvre, tout le monde est bourré de travail et ne veut plus construire à prix coûtant. Nous avons aussi des exigences en termes de qualité des matériaux, en accord avec le développement durable.»

Suspension de séance

Au sein des différents groupes politiques, le malaise est palpable. La Verte Claudine Murciano propose de suspendre la séance. Elle est acceptée à l’unanimité. Les discussions sont animées durant cette sorte de mi-temps.

Mais à la reprise, le problème du coût des infrastructures rejaillit de plus belle. Le PDC Francesco Falvo est néanmoins convaincu «qu’il faut aller de l’avant, parce que nous sommes victimes de notre succès. Il y a plus d’enfants qui font du sport, donc plus d’équipes...» La socialiste Élisa Dimopoulos relève, elle, que «construire bon marché, c’est payer bien plus cher plus tard».

Les coûts prennent l'ascenseur

Claudine Murciano détaille alors les diverses étapes de l’explosion des coûts, non sans prévenir d’emblée que ce projet «mériterait presque un carton jaune»! Puis elle enchaîne: «En juin 2016, la commission des sports préavisait favorablement les équipements futurs concernant les vestiaires dédiés au Meyrin FC et au club Rugby CERN Meyrin St-Genis. L’aménagement d’une buanderie, d’un local matériel ainsi que d’une salle de musculation mutualisée entre plusieurs clubs (basket, hockey, football et rugby) et la construction de locaux pour le service de l’environnement étaient devisés à environ 3,5 millions.»

Mais en janvier 2018, le projet se voit amputé du bâtiment pour le service de l’environnement. Celui-ci fera l’objet d’une autre délibération, acceptée en septembre dernier pour la coquette somme de 1,845 millions. Mais ce n’est qu’en 2019 que la facture des vestiaires passe de 3,5 à 5,6 millions.

Absence d'anticipation et de planification

Pour l’élue écologiste, «les causes du renchérissement sont dues à une absence d’anticipation et de planification qui a consisté dans un premier temps à rénover les vestiaires existants, qu’on aurait mieux fait de raser pour construire un seul bâtiment, ce qui aurait représenté une économie considérable.»

Roger Frauchiger (MCG) remarque que l’on pourrait peut-être «réduire la voilure en optant pour des matériaux de moins bonne qualité, mais cela engendrerait aussi du retard dans le projet. Et le club de foot a absolument besoin de ces nouveaux équipements. Donc, on est contraint d’accepter.»

C’est finalement ce que le Conseil municipal va faire. Un vote nominal qui laisse apparaître des positions opposées au sein même des partis, une première durant cette législature chez les Verts. Au coup de sifflet final, on dénombre 16 oui pour 8 non et 5 abstentions.

Créé: 28.12.2019, 08h16

Treize vestiaires et plusieurs locaux

Ce projet s’inscrit dans la perspective de la construction en 2021-2022 de deux terrains de football pour les plus jeunes (catégories E et F). Il comprend:

10 vestiaires pour les équipes, avec WC et douches

2 vestiaires pour les arbitres, avec WC et douches

1 vestiaire pour les entraîneurs, aussi avec WC et douches

1 buanderie

1 salle de musculation mutualisée pour plusieurs clubs sportifs

3 toilettes publiques

1 dépôt pour le matériel

2 locaux pour les concierges

Coûts Total: 5,593 millions, dont travaux (environ 4,25 millions) et honoraires des divers mandataires (environ 830000 francs).
X.L.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...