À Meyrin, on dessine la firme de demain: peu de chefs et beaucoup d’écoute

EntreprisesDes patrons ont échangé leurs vues pour faire prospérer leur entreprise. La proximité du CERN est un atout pour la commune.

De g. à dr., Jean-Marc Solai (ville de Meyrin), Suzanne Hraba-Renevey (BusinessIn), Jérôme Chanton (Kugler Bimétal) et Christophe Barman (Loyco) au cours d’une table ronde.

De g. à dr., Jean-Marc Solai (ville de Meyrin), Suzanne Hraba-Renevey (BusinessIn), Jérôme Chanton (Kugler Bimétal) et Christophe Barman (Loyco) au cours d’une table ronde. Image: LUCIEN FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Zone industrielle de Meyrin. Une partie des bureaux de Advanced Oncotherapy est encore vide. Mais des employés circulent, s’habituent aux lieux, dans une ambiance décontractée. Cette discrète start-up issue en partie du CERN développe une technologie luttant contre le cancer. Son patron, Nicolas Serandour, se livre à un rapide décompte. «L’entreprise emploie environ 110 personnes, dont 80 ici à Genève», résume ce quadragénaire, né à Amiens. Et elle embauche encore (lire notre encadré).

Chaque canton rêverait d’héberger une telle société. Elle n’a pas été invitée au Meyrin Economic Forum (MEF), qui s’est déroulé hier. Mais si elle devait s’enraciner dans la commune, on lui déroulera sûrement le tapis rouge lors d’une prochaine édition.

Axé sur la transition numérique, le MEF a fait salle comble. Environ 600 responsables d’entreprises ont participé à des ateliers. Au cours d’une table ronde animée par le magazine «Bilan» et dédiée à l’intelligence collective, deux patrons genevois ont tombé la veste. Partisan d’un aplatissement des hiérarchies, Christophe Barman, CEO de Loyco, une société de services aux entreprises, a commencé par corriger son titre: «Nous n’avons pas de CEO. Je suis un ex-CEO!» Il a ensuite lâché: «Depuis que nous n’avons plus de hiérarchie, nous n’avons jamais décidé aussi vite. Et, depuis que nous n’avons plus de commerciaux, nous n’avons jamais aussi bien vendu nos services!» À sa droite, Jérôme Chanton, patron de l’industriel verniolan Kugler Bimétal, a aussi loué l’importance du travail en équipe. Et souligné l’importance de notions telles que «respect», «confiance» ou «écoute», parfois oubliées dans le cadre des relations avec les collaborateurs. «Nous sommes plus intelligents à plusieurs. Jamais je ne me permettrais de faire la leçon à un soudeur qui a 30 ans d’expérience», a dit Jérôme Chanton. Cela n’empêche pas cet industriel d’être rentable. «Quatre fois plus que la moyenne du secteur», selon le Genevois qui ajoute que «les bonus sont versés à parts égales. Je touche le même montant que chacun des autres employés».

Un des atouts de Meyrin est la proximité du CERN, centre géant de recherche d’où essaiment des PME et des start-up. Certaines se délocalisent, en fonction notamment de la nationalité de ses géniteurs ou des aides accordées par les pays contributeurs. Mais d’autres s’ancrent dans la région, côté Pays de Gex comme côté genevois.

(TDG)

Créé: 09.02.2019, 10h02

Une pépite du tissu économique local

Cotée en Bourse à Londres, Advanced Oncotherapy croit avoir découvert un vrai filon: le développement d’un nouveau système axé sur la proton thérapie. Cette technologie prometteuse lutte contre le cancer. «À ce jour, 160 000 patients ont été traités par cette thérapie», résume Nicolas Serandour. La proton thérapie fait beaucoup moins de dégâts que la radiothérapie, qui brûle et irradie. Pour l’heure, cette technologie reste chère: un traitement coûte 700 000 francs.

Alors qu’il existe environ 13 000 centres de radiothérapie, on ne compte que 70 sites spécialisés sur la proton thérapie. L’un de ces centres, près de Manchester, a coûté 250 millions de livres sterling. «Les machines qui y sont utilisées ont jusqu’à 4 mètres d’épaisseur», indique le Français. Mais la technologie évolue vite.Le nouveau site qui devrait être exploité dans quelques mois au cœur de Londres ne coûterait au final que 13 millions de livres sterling. De quoi déboucher ensuite sur des traitements beaucoup moins onéreux.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...