Le meurtrier présumé des Charmilles passera devant un juge pour adultes

JusticeFace à la gravité des charges, le Tribunal des mineurs s’est dessaisi. Olivier Jornot a validé. La défense recourt au Tribunal fédéral.

Ci-dessus, le parking souterrain du centre commercial de Planète Charmilles, lieu du drame survenu en janvier 2019.

Ci-dessus, le parking souterrain du centre commercial de Planète Charmilles, lieu du drame survenu en janvier 2019. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’agression de Saint-Jean en 2017, suivie du meurtre des Charmilles en 2019, n’a pas seulement semé l’effroi à Genève. Alors qu’un jeune homme est accusé d’avoir participé aux deux événements, cette affaire pose une question juridique complexe à nos autorités: comment juger une personne qui a commis une infraction avant 18 ans et une autre après avoir atteint sa majorité? Tribunal des mineurs ou justice ordinaire?

Selon nos informations, la question a été tranchée par le procureur Olivier Jornot: l’homme, aujourd’hui âgé de 19 ans, à la fois membre de la bande qui a agressé deux trentenaires à Saint-Jean et auteur du coup de couteau fatal dans le parking de Planète Charmilles plus tard, devrait être jugé par un tribunal pour adultes.

La décision de confier cette affaire à la justice des adultes ne va pas de soi. Bien au contraire, puisque le droit pénal prévoit que si un jeune commet une nouvelle infraction alors qu’une procédure est ouverte devant la justice des mineurs, celle-ci doit instruire les faits commis après le passage à l’âge adulte. En revanche, les juridictions disposent d’une marge de manœuvre, raison pour laquelle le Tribunal des mineurs a décidé de se dessaisir au vu de la gravité des charges, à savoir des atteintes à la vie.

Trois victimes

Ces deux faits divers ont secoué Genève à quelques mois d’intervalle. En 2017, le jeune homme est âgé de 16 ans quand il participe à la violente attaque de deux jeunes trentenaires – tous deux aujourd’hui lourdement handicapés – sur les voies couvertes de Saint-Jean. Selon les récits qu’en ont faits les deux majeurs de la bande devant le Tribunal criminel lors de leur procès en première instance (lire ci-dessous), leur jeune ami a joué un rôle de détonateur dans ces agressions. C’est lui qui a demandé la cigarette aux victimes et porté les premiers coups, avant d’être rejoint par les autres.

En janvier de cette année, il a 18 ans et trois mois quand il récidive. Un dimanche au petit matin, c’est lui qui porte un coup de couteau au cœur d’un jeune homme de 22 ans dans le parking du centre commercial Planète Charmilles. Il se rendra à la police rapidement. Pourquoi était-il libre après l’agression de Saint-Jean? Alors en mains de la justice des mineurs – davantage portée sur les mesures éducatives et la réinsertion –, il était de retour chez ses parents après six mois de détention et cinq mois en institution.

La défense s’y oppose

Ainsi, le jeune prévenu devrait faire face aux mêmes juges que n’importe quel adulte. L’emploi du conditionnel s’impose puisque MeRobert Assaël, avocat d’office du prévenu, a contesté la décision du procureur général au Tribunal fédéral. «Mon client, qui avait 16 ans à l’époque de la première affaire, demande à comparaître pour celle-ci devant le Tribunal des mineurs. Pour la seconde, il sera jugé par le Tribunal criminel. Cette approche correspond d’ailleurs à ce que préconise un projet de révision de la loi qui devrait entrer en vigueur en 2021. L’idée est que chaque autorité applique les règles qu’elle connaît le mieux.»

Me Vincent Spira, avocat de la famille de la victime des Charmilles, préfère ne pas commenter la procédure en cours.

Quelle différence?

Si la bataille juridique a commencé bien avant le prétoire, c’est que la différence entre un tribunal et l’autre ne relève pas du détail. Au Tribunal des mineurs, seuls un juge et un médecin et un professionnel de l’éducation l’assistant siègent au cours d’une séance à huis clos laissant peu de place à l’accusation et aux plaignants. La logique est tout autre au Tribunal criminel, où le prévenu fait face à trois juges professionnels et quatre assesseurs au cours d’une audience de confrontation publique.

Enfin, les peines réservées aux mineurs ne dépassent jamais 4 ans. Pour un meurtre, le plafond de la justice des adultes est fixé à 20 ans de prison. Ici, une seule peine d’ensemble sera prononcée.


Deuxième procès pour les majeurs de Saint-Jean

Ils étaient cinq au total lors de la nuit de terreur dans le quartier de Saint-Jean. Deux d’entre eux étaient majeurs. Âgés de 20 ans aujourd’hui, ils ont déjà fait face à la justice des adultes au mois de mars. Tous deux condamnés à de la prison ferme – 15 ans pour le premier, 12 pour le second – ils ont fait appel du jugement.

Le deuxième chapitre de leur parcours judiciaire s’ouvre le lundi 9 décembre avec leur audience en appel. En diront-ils davantage que lors de leur procès en première instance? En mars, les juges et un public jeune et nombreux avaient dû se contenter d’explications vides de sens. Pourquoi avoir tapé à l’aide d’une batte de base-ball et d’un casque? Pourquoi avoir couru derrière une victime qui s’échappait, l’avoir mise au sol et rouée de coups de pied à la tête? Aucune explication, si ce n’est un déferlement de violence gratuite par cinq jeunes qui enchaînaient les agressions depuis des semaines.

Condamné plus lourdement, le plus costaud des deux garçons a donné à la barre l’image d’un leader. C’est lui qui a cogné à l’aide d’une batte en bois, causant des dégâts irréparables chez les victimes. Quant au coprévenu, un Brésilien aux rêves de football professionnel brisés, il a semblé légèrement en retrait. Mais il a coursé sa victime et frappé avec ses pieds. Étant de nationalité étrangère, il a écopé d’une expulsion du territoire suisse, qui sera effective quand il aura purgé sa peine de prison.

Les deux autres participants, mineurs au moment des faits, n’ont pas encore été jugés.

Créé: 30.11.2019, 07h52

Articles en relation

Meurtre des Charmilles: suspects mis en détention

Genève Le Tribunal des mesures de contrainte a ordonné le transfert du trio à Champ-Dollon. Plus...

L'auteur présumé du coup mortel sera entendu par la justice lundi

Crime aux Charmilles Le prévenu, habitant le quartier, s’est livré à la police. Les enquêteurs recherchent l’arme. La victime ne vivait pas en ville. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Braquage: La Poste renonce aux transports de fonds
Plus...