Des meubles de jardin fantaisie animent la promenade de Saint-Jean

InsoliteCe parc de la rive droite ne cesse de se réinventer sans toucher à son écrin naturel. Derniers exemples en date.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Décidément, la promenade de Saint-Jean réserve chaque été de nouvelles surprises. Après les troncs d’arbres taillés comme des totems de 2013, les potagers urbains de 2014 et les bacs remplis de tournesols de 2015, voici que l’on découvre, au retour des vacances, deux jolies plates-bandes de fleurs de saison. Elles ajoutent de la couleur au déjeuner sur l’herbe et bénéficient d’un arrosage soigné qui confère à l’ensemble des allures de bouquet géant.

A l’origine de cet embellissement simple et réussi, on retrouve des mains vertes déjà félicitées lors des précédentes initiatives. Le dynamisme associatif du quartier passe notamment par les préaux des proches écoles Necker et Seujet. Elèves, enseignants et parents ne sont jamais en retard d’une bonne idée. Elle se réalise, aujourd’hui comme hier, avec la bénédiction du Service des espaces verts (SEVE) qui connaît bien son parc et sait que les cheminements, descendant en pente douce jusqu’au Rhône, sont suffisamment larges pour accueillir ce genre de démarche citoyenne.

Mais ce n’est pas tout. Voici qu’un mobilier de plein air vient de naître au même endroit. D’abord une table fantaisie, posée juste en face du magnolia à grandes fleurs offert par la Ville de Genève. Puis deux fauteuils dos à dos construits avec des palettes. Enfin un canapé berçant, style rocking chair à deux places, conçu en recyclant - choix malin - l’une de ces grosses bobines de bois pour le fil électrique. Afin de prévenir le vol d’usage («ce truc-là ferait joli dans mon patio…»), le meuble de plein air a été enchaîné au banc public municipal qui est installé juste à côté.

Mais ce n’est pas tout. En quittant le parc pour rejoindre le pont de la Coulouvrenière, on tombe sur le pavillon vintage qui se rappelle à nos vessies - il servit jadis de toilettes publiques, il retrouvera cet usage quand on aura bâti sur Mars. A ses pieds désormais, un petit banc ton sur ton avec le dessin mural visible de la route. Pour donner envie de s’asseoir, les concepteurs ont fixé deux planches à roulettes sans les roulettes. Sous les fesses, c’est confortable et l’endroit offre une contre-plongée intéressante sur la promenade de Saint-Jean. Bravo aux designers inconnus qui ont omis de signer leurs œuvres.

Créé: 18.08.2016, 20h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...