Une mère courage invitée à Genève

RencontreLatifa Ibn Ziaten est partie en croisade contre la haine qui a tué son fils, un militaire victime du terroriste Mohamed Merah.

Cette Française dont le fils a été tué par un terroriste islamiste parle dans les lycées et les quartiers pour convaincre les jeunes que la tolérance vaut mieux que la haine.

Cette Française dont le fils a été tué par un terroriste islamiste parle dans les lycées et les quartiers pour convaincre les jeunes que la tolérance vaut mieux que la haine. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Latifa Ibn Ziaten est une femme remarquable. Elle sera à Genève le 24 février pour une rencontre qui suivra la projection d'un documentaire qui lui est consacré. Invitée par la Licra (Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme), la Maison internationale des associations, l'Université populaire albanaise et la Plateforme interreligieuse de Genève, cette musulmane est une mère courage, une femme qui a perdu un fils, tué par le terroriste islamiste Mohamed Merah, devenue une militante du dialogue.

Le jour-là où Merah a tué son fils militaire, son monde a basculé. Elle aurait pu sombrer, ne pas se remettre de la mort d'un enfant et transformer cette douleur en haine. Au contraire, elle a fait de ce décès, un combat pour la tolérance, contre le fanatisme, partie à la rencontre des jeunes pour les écouter, les comprendre et leur parler de tolérance.

Dans «Latifa, le cœur du combat», le film d'Olivier Peyon et Cyril Brody, on fait connaissance avec cette femme simple, à la parole forte. On rit, on pleure, bouleversé par cette personnalité que les Genevois pourront rencontrer à la Maison internationale des associations.

Lundi 24 février, 18h30, entrée libre.

Créé: 11.02.2020, 10h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...