Passer au contenu principal

Un menu végétarien par semaine pour les écoliers

Ce projet pourrait s’inscrire dans la réorganisation des cantines scolaires, en vue d’augmenter leur capacité.

La Ville travaille avec treize associations qui gèrent huit cuisines de production.
La Ville travaille avec treize associations qui gèrent huit cuisines de production.
Laurent Guiraud

Un menu végétarien par semaine dans les restaurants scolaires. L’idée ne date pas d’hier. Mais, elle fait son chemin. Mardi, lors de la séance du Conseil municipal de la Ville de Genève, la motion du socialiste Sylvain Thévoz a été renvoyée en commission. Un an après avoir été déposée. La commission ne sera pas la seule à plancher sur le sujet. Au sein du Département de la cohésion sociale et de la solidarité, le service des écoles travaille sur la question. Comme relaté par Le Courrier, ce projet s’inscrit dans une réflexion plus large sur une révision de l’ensemble du système de la restauration scolaire.

Pour rappel, la Ville travaille avec treize associations qui gèrent huit cuisines de production. «Chaque association respecte un cahier des charges de base qui implique le respect du label Fourchette verte et l’intégration de produits Genève Région-Terre Avenir», stipule le département. Or, les effectifs du parascolaire ne cessent d’augmenter: +50% en huit ans. Et les cuisines ont du mal à suivre.

Certaines ont même dû bénéficier de dérogations du Service de la consommation et des affaires vétérinaires pour pouvoir continuer à exploiter les lieux. Pour faire face, le Service des écoles élabore une demande de crédit.

Le but selon le département: «augmenter la capacité des cuisines de production, tout en garantissant la qualité des repas servis, et en diversifiant les menus. Cet investissement doit permettre à terme, et en concertation avec les cuisiniers, d’introduire régulièrement un menu végétarien.» Et de préciser que c’est déjà le cas dans certains restaurants scolaires, comme celui des Cropettes. Au grand bonheur de la magistrate Esther Alder. «Je défends l’idée de restaurants scolaires qui soient des lieux d’éducation, où les enfants apprennent petit à petit à devenir des citoyens et des consommateurs responsables», déclare cette dernière.

Une optique partagée par Sylvain Thévoz, auteur de la résolution. Le conseiller municipal relève ainsi les bienfaits de cette mesure «en matière d’éducation du goût mais aussi de santé et d’écologie». Sur ce dernier point, il insiste: «La production de viande entraîne une forte consommation de céréales, d’eau et de moyens en général.» Selon lui, la motion constitue un premier pas. «A terme, on pourrait imaginer que les enfants aient chaque jour le choix entre un menu carné et non carné.» Une idée qui pourrait venir des écoliers eux-mêmes. Puisque, comme l’indique le département, des expériences pilotes sont menées à l’école des Charmilles et aux Eaux-Vives, permettant aux enfants de participer à l’élaboration de leurs propres menus.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.