Meinier se bat pour conserver sa poste

Service publicLes autorités ont rencontré jeudi les représentants de La Poste, accueillis par une centaine d’habitants.

Une centaine de Meinites se sont réunis jeudi soir devant la mairie pour manifester leur soutien à la poste du village.

Une centaine de Meinites se sont réunis jeudi soir devant la mairie pour manifester leur soutien à la poste du village. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Sans Poste, nous deviendrons timbrés.» La banderole, sur fond jaune, annonce la couleur. Bravant le froid, une bonne centaine d’habitants de Meinier se sont donné rendez-vous le 16 janvier devant leur mairie. La raison de cette présence un jeudi soir? Sauver l’office postal du village, menacé de fermeture depuis 2017. Bien d’autres à Genève ont déjà disparu (lire l’encadré), remplacés au mieux par une filiale en partenariat dans un commerce, au pire par un service à domicile.

Répondant à l’appel de leurs autorités, ces résidents de tous âges attendent les trois représentants de La Poste, qui ont rendez-vous à 19h30 avec les élus de cette commune de 2200 âmes. «Du courage, et pas seulement des chiffres», lit-on sur une autre banderole. «Ils ont déjà fermé la banque, maintenant la poste, déplore Verena. On devra aller en voiture jusqu’à Vésenaz, ce n’est pas très écologique, non?» Line, qui gère une maison d’hôtes à Meinier, enchaîne: «Je me rends à la poste plusieurs fois par semaine. Croyez-moi, il y a du monde. Et on nous dit qu’elle ne fonctionne pas?»

Michel, l’ancien buraliste, est amer: «Cet office, il tournait superbien. Aujourd’hui, je crains qu’il ne disparaisse. Mais la poste est un service public! Il faut que le Conseil fédéral se bouge, il ne s’agit pas de garder seulement ce qui est rentable.»

Lorsque les représentants du géant jaune arrivent, Florio Togni, membre du Collectif Citoyen, s’adresse à eux: «Nous vous témoignons ici notre attachement à notre poste. Une poste à dimension humaine. Nous ne voulons pas nous retrouver face à des automates!» Il souligne «le rôle social de l’office, un lieu de rencontre. Ce service nous tient à cœur, et je vous rappelle que beaucoup de communes s’opposent à ces fermetures.»

Premier point de situation

La suite s’est jouée dans la mairie. Une séance avec les conseillers administratifs et municipaux. Que s’est-il dit? «Des entrevues avec les autorités ont toujours lieu lorsque la transformation d’un office est examinée», indique en préambule Laurent Savary, responsable communication de La Poste pour la Suisse romande.

«Cette première rencontre a servi à faire un point de situation et à entendre le point de vue des autorités de Meinier, poursuit-il. Nous leur avons présenté des chiffres et des éléments concrets qui montrent que tous les indicateurs de l’office sont clairement à la baisse. Les discussions n’ayant pas commencé avant la rencontre de jeudi soir, nous ne sommes pas encore allés voir des partenaires susceptibles d’accueillir, par exemple, une filiale en partenariat dans leur commerce. Nous souhaitons qu’une deuxième séance avec les autorités soit fixée le plus tôt possible.»

Les propositions du maire

«De façon prévisible, les représentants de La Poste nous ont présenté des statistiques, mais incomplètes à mon avis, allant toutes dans leur sens, relève pour sa part le maire de Meinier, Alain Corthay. Ils ont mis en avant la fréquentation qui diminue, mais sans en expliquer les causes. Ce que je constate, c’est que La Poste ne fait rien pour améliorer la situation. Elle a même abandonné la vente des jeux de loterie dans l’office, ainsi que celle des fournitures de téléphonie.»

Quelles sont les alternatives à la fermeture? «La poste à domicile ou une filiale dans un commerce. Mais selon nos discussions avec les quelque commerçants de Meinier, ceux-ci ne sont pas intéressés. De notre côté, nous avons clairement fait savoir que nous n’étions pas d’accord avec cette fermeture. Nous leur avons proposé aussi de poser un bancomat pour dynamiser l’office. La banque Raiffeisen est intéressée. Nous leur avons également demandé une deuxième entrevue, en invitant par exemple les communes voisines et les gestionnaires de la Fondation industrielle de la Pallanterie, toute proche. Ces entreprises, qui emploient actuellement 1000 personnes, et à terme 3000, utilisent régulièrement notre poste.»

Une longue mobilisation

À Meinier, en tout cas, la mobilisation n’est pas près de faiblir. Elle dure depuis près de trois ans. En juin 2017, une pétition munie de 4000 signatures avait été envoyée au géant jaune. De nombreux courriers ont aussi été adressés à la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, ministre de tutelle de La Poste. Et en mars dernier, quelque 200 personnes s’étaient déjà réunies devant leur office postal, en signe de soutien.

Créé: 18.01.2020, 09h25

Neuf filiales sont encore menacées

Genève a déjà payé un lourd tribut à la réorganisation de La Poste, commencée en 2017. Et ce n’est visiblement pas terminé. Actuellement, neuf offices postaux sont «en cours d’analyse», ce qui veut dire que leur maintien éventuel, leur fermeture ou leur transformation est à l’étude.

Il s’agit donc de Meinier, mais aussi d’Anières, La Croix-de-Rozon, Bellevue, Chêne-Bougeries, Genève 11, rue du Stand (Ville de Genève), Perly,
Châtelaine (Vernier) et Veyrier.

Parmi les 92 «postes» recensées dans le canton, on compte désormais 18 filiales dites «en partenariat» (service postal dans un commerce), la dernière en date étant Avully, à la fin de l’année dernière.

Par ailleurs, neuf communes ne bénéficient plus que d’un service à domicile, soit Céligny, Chancy, Choulex, Dardagny (village et La Plaine), Laconnex, Presinge, Russin, Soral et Vandœuvres.

On trouve encore treize points de dépôt ou de retrait (dépose et retrait de colis dans des centres commerciaux ou des stations-service notamment) et trois MyPost 24 (ou automates à colis).

X.L.

Articles en relation

La Poste amorce à Genève sa bascule vers le tout-électrique

Logistique Le géant jaune veut électrifier la distribution de colis et teste des fourgons qui turbinent aux kilowatts. Plus...

La Poste met la Loterie Romande à la porte

Service public Le géant jaune ne vendra plus de jeux de tirage ou de grattage. Syndicom critique la décision et redoute des licenciements. Plus...

La Poste suspend ses transports de fonds à Daillens

Sécurité Une semaine après l'impressionnant braquage d'un fourgon à la sortie du village du Gros-de-Vaud, les véhicules de l'entreprise n'ont plus de couverture d'assurance. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Moubarak
Plus...