Médecins et enseignants réunis pour plonger dans l’univers des intestins

SciencesL’Hôpital cantonal a organisé une formation continue pour les maîtres de biologie sur le microbiote, le nouvel organe superstar

Jacques Schrenzel, responsable du laboratoire de bactériologie aux HUG, Soledad Valera-Kummer et Rémy Kopp, professeurs de biologie.

Jacques Schrenzel, responsable du laboratoire de bactériologie aux HUG, Soledad Valera-Kummer et Rémy Kopp, professeurs de biologie. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est le nouvel organe star, la nouvelle coqueluche des revues scientifiques. Il a même réussi à s’ériger en livre de chevet grâce au best-seller de 2015 «Le charme discret de l’intestin». Lui, c’est le microbiote. Anciennement réduit à l’appellation «flore intestinale», cet amas de 100 000 milliards de bactéries pesant entre 1 et 2 kilos a été découvert il y a quelques années grâce aux progrès de techniques de séquençage de l’ADN qui ont révélé la diversité bactérienne des intestins, totalement méconnue. A la demande d’enseignants de biologie du Cycle, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont organisé hier une journée de formation sur le sujet.

Le microbiote, thématique de prime abord peu avenante, a fait carton plein: hier matin, les maîtres étaient près de 90 dans la salle de conférences. Il a même fallu refuser des inscriptions. Pourquoi un tel engouement pour le microbiote? «Les médias parlent de cette thématique mais les manuels ne le font pas encore, il faut que les enseignants puissent s’informer», explique le Prof. Jacques Schrenzel, médecin adjoint agrégé responsable du laboratoire de bactériologie des HUG. L’engouement réside aussi dans le fait que le microbiote est bien plus qu’une concentration de microbes qui transforment les aliments et les digèrent. Les chercheurs estiment qu’il pourrait influencer notre métabolisme, «jouer un rôle sur l’apparition de l’obésité, du diabète, de certaines maladies allergiques, de la sclérose en plaques, mais aussi influencer l’apparition de maladies neurodégénératives comme Parkinson et Alzheimer», précise le Prof. Jacques Schrenzel.

C’est le groupe de formation continue de biologie au Cycle qui a lancé l’idée de cette journée. «Des enseignants ont manifesté le désir d’une formation en lien avec la physiologie humaine, nous avons ensuite ciblé sur le microbiote, expliquent Soledad Valera-Kummer et Philippe Lavorel, coprésidents du groupe. Grâce à cette collaboration avec les HUG, les maîtres ont l’occasion d’être en contact avec un spécialiste, cela permet une mise en perspective et un accès direct à la recherche.» Rémy Kopp, chargé d’enseignement en didactique de la biologie à l’Université et maître au Cycle, ajoute: «La découverte du microbiote représente un changement fondamental dans la perception du système digestif, nous devons nous mettre à jour.» Hervé, professeur de biologie, est venu par «intérêt personnel et pour pouvoir mieux répondre aux questions des élèves. Je voulais en apprendre plus sur le sujet pour ensuite transmettre ces connaissances aux élèves, aborder ce sujet d’actualité avec eux et le préciser.» Annick, enseignante, veut mettre à jour et parfaire ses connaissances «mais pas en me basant uniquement sur des articles de vulgarisation!»

Il faudra certainement aux enseignants des mises à jour régulières. Car le microbiote est loin d’avoir livré tous ses secrets. En modulant la composition de la flore intestinale, on pourrait permettre un jour de soigner certaines des maladies déclenchées par un déséquilibre de la diversité bactérienne.

Créé: 22.01.2016, 09h12

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...