«Non à des mécanismes qui soviétisent la construction de logements»

LogementLa droite et les milieux immobiliers s’opposent à l’initiative 162 bientôt soumise en votation populaire. Explications.

Christophe Aumeunier (à droite),  secrétaire général de la CGI, en compagnie d'Adrien Genecand, député PLR au Grand Conseil genevois.

Christophe Aumeunier (à droite), secrétaire général de la CGI, en compagnie d'Adrien Genecand, député PLR au Grand Conseil genevois. Image: Patrick Gillieron Lopreno

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Genève doit construire en zone de développement pour créer des logements bon marché, préconisent l’Asloca, la gauche, les Verts, ainsi que les syndicats et les associations d’habitants et de quartiers. Cette large coalition fourbit ses armes à travers l’initiative populaire 162 «Construisons des logements pour toutes et tous: une priorité en période de pénurie!» qui sera soumise à la votation populaire le 24 novembre. La droite, elle, ainsi que les milieux immobiliers, s’opposent à ce texte. Trois questions à Christophe Aumeunier, secrétaire général de la Chambre genevoise immobilière (CGI).

Pourquoi combattez-vous l’initiative 162?

En imposant sans exception de la zone de développement sur tout le territoire genevois, l’initiative ne répond pas à la demande en logement de l’ensemble de la population. En cela son titre est trompeur. La zone de développement restreint la construction de propriétés par étages (PPE). Pourtant, pour chaque PPE mise en vente, ce sont des dizaines de familles qui sont candidates à l’acquisition, car elles savent qu’il est moins cher d’être propriétaire que locataire. Ces familles majoritairement composées de couples âgés de 35 à 45 ans avec des enfants sont des contribuables genevois. La zone de développement imposée par l’initiative implique des mécanismes qui soviétisent la construction de logements. L’interventionnisme de l’État est générateur de lourdeurs administratives. Il faut quinze ans pour construire un logement en zone de développement et deux à trois ans en zone ordinaire. L’architecture est monotypique et peu qualitative avec des contrôles de la taille des pièces et des appartements, du nombre de personnes qui occupent le logement et des revenus. Rigide, l’IN 162 enlève une prérogative au Conseil d’État en l’obligeant à présenter des déclassements en zone de développement uniquement. Cela fait fi des études d’opportunités inhérentes à l’aménagement du territoire, par exemple rééquilibrer les rentrées fiscales d’une commune ou encore pérenniser une entreprise genevoise en prévoyant une relocalisation.

Votre solution pour créer du logement social?

Il ne s’agit pas d’opposer le logement social et la propriété, il faut construire pour répondre à la demande des Genevois. C’est le rôle des collectivités publiques de créer du logement social. Elles le font massivement. En zone de développement, qui concentre 80% de la création de logements, ce sont 51% de logements subventionnés qui ont été construits ces dix dernières années, soit plus de 4800 logements. Sur l’ensemble du canton, ce pourcentage est à peine moindre, il est de 43% en 2018. Ainsi, le parc détenu par des entités publiques dépasse largement 20% de l’ensemble du parc locatif.

Vous dites qu’il manque des PPE, pourquoi ne pas les construire en zone de développement?

Les collectivités publiques, bras armé de l’État, acquièrent énormément de terrain en zone de développement. Elles y réalisent uniquement des logements sociaux et donc pas de PPE. Les investisseurs institutionnels tels que les caisses de pension et les assurances ne créent que du locatif et aucune PPE. Ainsi, même si de manière schématique la loi permet en théorie de réaliser 70% de PPE, seules 33% ont été produites ces dix dernières années. Dans un canton qui ne compte que 19% de propriétaires, il est indispensable de permettre à ceux qui le souhaitent de le devenir. C’est ce que nous expliquons sur notre site internet devenirproprietaire.ch.

Créé: 07.11.2019, 18h23

Articles en relation

Comment bénéficier de logements «bon marché»

Logement Genève doit construire en zone de développement, recommandent l’Asloca, la gauche et les Verts dans une initiative populaire. Plus...

Boom des logements d'utilité publique à Genève

Construction Le rapport d’activité 2018 sur la mise en œuvre de la loi pour la construction de logements d’utilité publique (LUP) est sorti. 711 nouvelles constructions ont été réalisées, soit 44 % de plus qu'en 2017. Plus...

Des logements ou «revoter»: la Ville de Genève face à un dilemme

Politique La vente avortée d’une parcelle crée la polémique. Le Municipal pourrait «revoter». Des promoteurs veulent être indemnisés. Plus...

L’Asloca propose une loi pour éviter le copinage

Appartements à vendre Une partie des logements à vendre devrait être attribuée par l’État, estime l'association des locataires. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dix écoles genevoises cambriolées
Plus...