L’Etat veut placer les chômeurs dans ses régies

EmploiMauro Poggia a émis une directive pour privilégier l’embauche de chômeurs dans les régies publiques.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est en quelque sorte la préférence cantonale à l’emploi, si chère à son parti, que le MCG Mauro Poggia met en œuvre dans le Grand Etat. Le conseiller d’Etat, qui a repris le dicastère de l’emploi il y a presque un an, a annoncé ce jeudi l’entrée en vigueur d’une nouvelle directive aux régies publiques et aux entreprises subventionnées. A l’instar de l’administration, l’Aéroport, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), les TPG, les Services industriels (SIG), entre autres, ont désormais l’obligation de déclarer leurs places vacantes à l’Office cantonal de l’emploi (OCE). De plus, à compétences égales, ces entités doivent privilégier le recrutement de chômeurs inscrits à Genève. Et si un candidat envoyé par l’OCE n’est pas engagé, il faudra justifier cette décision.

«Elémentaire bon sens, estime Mauro Poggia. C’était un souhait émis par le précédent gouvernement, mais cette volonté politique n’était pas vraiment suivie d’effets, par manque de contrôles. Nous avons rappelé aux organismes concernés leur devoir lié à leur contrat de prestation. L’étape suivante sera d’inciter le secteur privé à embaucher des chômeurs du cru. Ce sera fait avant la fin de la législature.» Charles Barbey, le nouveau directeur général de l’OCE entré en fonction en août, explique que les entités parapubliques visées par cette directive étaient déjà exhortées à agir ainsi: «Depuis janvier, nous avons reçu 1054 offres d’emplois. Parmi les candidats que nous avons envoyés, 97 ont ainsi trouvé un travail et près de 200 autres chômeurs, qui ont postulé de leur côté, ont aussi été engagés.»

Par ailleurs, l’OCE est en pleine restructuration. Depuis le 1er octobre, tous les cadres doivent retourner sur le terrain, et assurer la prise en charge de demandeurs d’emploi, comme les conseillers en personnel (mais avec seulement 60 dossiers par cadre). Le nombre de dossiers attribué à chaque collaborateur continue ainsi de baisser. Il est passé de plus de 130 à 125, avec l’espoir d’arriver à 120 en fin d’année. Cela participe à la rationalisation des ressources voulue par Mauro Poggia, qui se félicite d’avoir pacifié la situation à l’OCE. Avant son arrivée au Conseil d’Etat, l’office était en crise et avait connu des débrayages. La baisse de la charge de travail était la principale exigence du personnel. «Nous avons rétabli la confiance», assure-t-il.

Trois questions à Mauro Poggia en vidéo:

Créé: 21.11.2014, 18h32

Articles en relation

Le chômage baisse en octobre, des patrons genevois ont le blues

Conjoncture 2014 sera un bon cru pour l'économie genevoise. Mais le moral des patrons fléchit pour la deuxième moitié de 2015. Plus...

Chômage: légère baisse en Haute-Savoie, hausse sensible dans l'Ain

Emploi Les deux départements de France voisine ont suivi une courbe inverse durant le mois de septembre, mais le marché du travail reste globalement atone. Plus...

«L'horlogerie suisse n'est pas du tout en crise»

Déclaration Le patron de Swatch Group trouve donc «aberrant» que de grandes entreprises annoncent avant Noël qu'elles vont licencier ou recourir au chômage partiel. Plus...

Vive les migrants!

L’apport des migrants au développement de l’économie genevoise est incontestable. Ce n'est pas MAuro Poggia qui le dit mais l'Office cantonal de la statistique qui l'écrit dans un rapport de 44 pages publiés ce vendredi 21 novembre sous le titre «Les artisans de l’économie genevoise». Le document dresse l'histoire des migrants à Genève depuis près de deux siècles. Létude intitulée analyse cette contribution passée, présente et future à l’économie, mais aussi à la Genève internationale et, plus largement, à la société genevoise.

L'étude est passionnante et riche de nombreuses informations sur le passé et le présent industriel du Canton. Elle a été réalisée sous les auspices de la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève (CCIG), de la Banque cantonale de Genève (BCGE) et de l'Office cantonal de la statistique (OCSTAT).

«Dans une population vieillissante,lit-on en page 23, les enfants se raréfient. Les écoles genevoises, et plus largement lémaniques, ne peuvent pas, pour cette raison, former toutes les compétences nécessaires au marché du travail en extension, ceci d’autant plus que certaines professions indispensables à l’activité économique ne sont pas enseignées à Genève. Cette situation génère une attractivité croissante de l’arc lémanique pour les candidats à la migration.»...

Une pyramide des âges saisissante est publiée page 27. Elle montre combien la population étrangère est un facteur de rajeunissement de la population totale du canton.

On peut télécharger l'étude ici.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.