Passer au contenu principal

Canton de GenèveLa mascotte du Muséum souffle ses 20 bougies

Le muséum fait tout ce qui est possible pour que Janus, sa tortue à deux têtes, meure le plus tard possible.

Parfois, une tête veut aller à droite et l'autre à gauche, fait-elle remarquer, comme l'explique sa soignante.
Parfois, une tête veut aller à droite et l'autre à gauche, fait-elle remarquer, comme l'explique sa soignante.

Janus, la tortue à deux têtes du Muséum d'histoire naturelle de Genève, a célébré ses 20 ans dimanche. Dans la nature, l'animal n'aurait pas survécu longtemps. En captivité, il pourrait atteindre un âge respectable.

Une tortue grecque peut vivre jusqu'à 80 ans, rappelle Pascal Moeschler, responsable de la communication du Muséum d'histoire naturelle de Genève. Quoi qu'il en soit, tout est fait pour que Janus meure le plus tard possible. L'institution genevoise est aux petits soins pour son animal vedette.

La petite tortue bicéphale passe la journée dans un grand terrarium situé au premier étage du musée. La nuit, elle est emmenée dans un autre endroit équipé d'une maisonnette. Chaque jour, elle a droit à un bain. Elle se nourrit de laitues et de fruits. On lui ajoute de temps en temps une dose de vitamines dans sa nourriture.

Promenades dans le gazon

Quand il fait beau, elle est autorisée à se dégourdir les pattes sur la pelouse à l'extérieur du musée, explique Brigitte Jaccoud, qui s'occupe de la tortue à deux têtes depuis qu'elle est née. La soignante connaît très bien le reptile. Parfois, une tête veut aller à droite et l'autre à gauche, fait-elle remarquer.

Janus a vu le jour le 3 septembre 1997. Cette tortue mâle est sortie d'un oeuf qui avait été apporté par une dame à l'animalerie du musée, afin qu'il soit placé en couveuse, se souvient Mme Jaccoud. Un autre oeuf de la même couvée a donné naissance à une femelle tout à fait normale.

Janus est devenu la mascotte du Muséum d'histoire naturelle de Genève. La tortue succède à Ali l'alligator, qui a tenu ce rôle pendant de nombreuses années. Le saurien vivait dans un bassin dans le hall du musée. Il est mort en 1990 et a depuis été empaillé. Il fait désormais partie de l'exposition permanente proposée au public.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.