Passer au contenu principal

Comment des marraines colorent la vie d'enfants défavorisés. Et réciproquement

L’association La courte échelle rapproche des enfants en difficulté et des adultes bénévoles. Reportage.

De gauche à droite, Robert, Sophie, Diana et Armelle: La courte échelle permet de créer des familles de cœur.
De gauche à droite, Robert, Sophie, Diana et Armelle: La courte échelle permet de créer des familles de cœur.
Laurent Guiraud

Diana, 9 ans, vit à Thônex avec Robert, son papa. La maman est décédée il y a trois ans. Pour «faire des choses entre filles», Diana voit régulièrement Sophie (57 ans); elles ne se connaissaient pas avant le drame. C’est grâce à l’association La courte échelle que le duo est né en 2018. Inspirée d’un projet français lancé il y a plus de trente ans (lire ci-dessous), cette association «veut tisser des liens durables entre enfants de familles isolées ou fragilisées et adultes bénévoles», explique sa responsable Armelle Loiseau Moser.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.