Le marché de Noël pourrait déménager au Jardin anglais

GenèveLe bilan de la 2e édition à succès mêle une fréquentation en hausse à quelques déprédations aux Bastions. Un déménagement est dans l’air.

340000 visiteurs auraient foulé les allées du marché de Noël, selon des estimations.

340000 visiteurs auraient foulé les allées du marché de Noël, selon des estimations. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les cabanes sont démontées, la yourte évaporée, les guirlandes décrochées, la patinoire règne maintenant seule sur le parc des Bastions. Quinze jours après la fin, les organisateurs hasardent les premiers chiffres du marché de Noël: +35% de fréquentation pour cette 2e édition, passant de 250'000 visiteurs à 340'000, selon les organisateurs bien sûr.

On veut bien les croire, au vu des allées noires de monde durant le mois de décembre. Le chalet à fondue avait doublé de taille pour accueillir le public en ses ailes droite et gauche: pari gagné, plus de 20'000 personnes y ont planté leurs piques. Pour comparer ce qui est comparable, il faut rappeler que la manifestation a bénéficié en 2019 d’un jour d’exploitation supplémentaire, et de dix stands d’artisans en plus. Le chiffre d’affaires aurait aussi pris l’ascenseur, avec une moyenne globale de 40%. S’il est trop tôt pour se prononcer sur la rentabilité financière, elle est sans doute en très bonne voie.

Dans le nouveau bar, le «Christmas Pub», Lara Mai Vo Van, l’une des organisatrices, relate une «super ambiance tous les soirs. On avait opté pour des DJ le week-end mais parfois même le lundi ou le mardi c’était vraiment la fête, comme quoi en décembre les gens cherchent un endroit animé pour sortir après le travail.» Selon elle, même si le public réclame plus de stands d’artisans, ceux qui offrent de la nourriture restent ceux qui marchent le mieux. «Les gens viennent, mangent et se baladent. Ce qui les fait venir et rester, c’est de pouvoir manger.»

Les produits locaux au top

Le grand débat de 2018 sur la mise en avant de produits locaux a manifestement été entendu. «Le vin des caves de Genève était le seul vin servi à l’extérieur et figurait aussi à la carte du restaurant, je pense que de ce point de vue là le résultat a dépassé les attentes.» Le directeur général des Laiteries Réunies, Pierre Charvet, est dithyrambique. «C’est une réussite totale, on a livré 10'000 litres de lait, et plus de huit tonnes de fondue alors que les prévisions misaient sur trois tonnes et demie. On a dû être très réactifs, je suis moi-même allé assurer des livraisons tellement c’était la folie le week-end. On a d’ailleurs modifié notre recette exprès pour l’occasion, avec une fondue prête à l’emploi, avec le vin blanc déjà dedans, qu’il n’y avait plus qu’à faire chauffer dans le caquelon.» Alors, partant pour l’année prochaine? «Oh oui, on signe dix fois!» promet-il en rappelant que la fondue de son collègue Marc Blondel, des Laiteries Réunies, est arrivée deuxième aux championnats du monde dans le canton de Vaud.

Vandalisme à déplorer

Un seul regret peut-être, les magnifiques décorations ont été la triste cible de vandalisme. «Les Bastions à la base n’est pas un parc toujours hyper bien fréquenté, contextualise Lara Mai Vo Van. Nous, on met beaucoup de valeurs à l’extérieur car on veut que ce soit beau, il y a des infrastructures électriques, des spots. On s’est fait casser ou voler du matériel fréquemment. La Ville nous a aidés à renforcer les tournées de sécurité. C’est dommage quand on met quelque chose de joli en place, mais c’est une réalité.»

Cet événement hivernal, lancé notamment sous l’impulsion du magistrat Guillaume Barazzone, aurait généré un nombre inhabituel de retours positifs. «Cela vaut vraiment la peine que la Ville soit investie chaque mois pour de grands événements, commente l'élu, et nous sommes d’autant plus satisfaits que les partenariats avec les producteurs locaux ont dépassé les attentes.» Pour la suite, il ne cache pas que le marché va «vraisemblablement» devoir changer de lieu en 2020, et s’établir au Jardin anglais.

En effet, la date de la Course de l’Escalade, qui a lieu le premier week-end de décembre, tombera cette année le 5-6 au lieu du 1-2. Avec le temps du montage, le marché de Noël ne pourrait pas ouvrir ses portes avant le 9 décembre, bien trop tard par rapport au nombre de semaines d’exploitations dont il a besoin pour tourner. Et l’idée de le monter mi-novembre pour le démonter le temps de l’Escalade puis le refaire après paraît peu réaliste. «On doit encore discuter de tous ces enjeux dans de prochaines séances, tempère le magistrat. Des solutions existent pour protéger le marché de Noël du vent au bord de l’eau, on peut s’inspirer de Montreux.»

Créé: 16.01.2020, 18h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Moubarak
Plus...