La grève des jeunes pour le climat est un succès

ManifestationPrès de 5000 étudiants, apprentis et élèves pleins d’énergie ont défilé dans les rues de Genève pour dénoncer l’inertie des politiques face à l’urgence climatique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour un mouvement lancé il y a à peine deux semaines, c’est un succès total. Près de 5000 étudiants et élèves ont défilé ce vendredi dans les rues de Genève, dans le cadre de la grève nationale pour le climat. A Lausanne, ils étaient 8000. Dans toute la Suisse, 22 000 jeunes ont ainsi délaissé les cours et manifesté pour dénoncer l’inertie des autorités politiques face à la crise climatique.

A 14 heures, aux Bastions, lieu du rassemblement genevois, on se rend tout de suite compte qu’il y a là bien plus que les 1500 à 2000 personnes attendues. Collégiens, apprentis, étudiants, mais aussi élèves du cycle d’orientation, tous ont répondu présent. Une mosaïque de slogans et de calicots s’étend au-dessus des têtes. «Les dinosaures aussi pensaient avoir le temps…», clame une pancarte, en clin d’oeil mutin à la génération qui gouverne le pays.

Rien n’est laissé au hasard

Bien qu’il s’agisse d’une manifestation organisée de manière très horizontale via les réseaux sociaux, rien n’a été laissé au hasard. Avant que le cortège ne s’ébranle, des membres du service d’ordre en gilet jaune, dont certains ont l’air très jeunes, règlent les derniers détails avec la police. Puis, tout ce monde se met en marche dans la rue de la Corraterie.

A intervalles réguliers, une clameur assourdissante monte d’un cortège débordant d’énergie revendicative et joviale. «Chauds, chauds, chauds, on est plus chauds que le climat!» crient les manifestants. «Si on continue comme ça, cette planète ne sera plus vivable», lance Alexis, un apprenti de 16 ans. Tout au long du parcours, des jeunes munis de sacs poubelle ramassent les déchets abandonnés par les manifestants. Au milieu de la foule, on trouve quelques têtes grisonnantes: des profs, plutôt fiers de leurs élèves. «Les voir s’emparer de leur propre initiative de la thématique climatique, c’est génial!» s’exclame un enseignant de géographie.

«En se battant, on peut changer les choses, affirme Zohra 13 ans, élève au Cycle de Montbrillant. Il faut que les futurs adultes prennent conscience qu’ils ont des moyens d’agir.» Pauline, 21 ans, étudiante en théâtre, pense même que cette génération est la mieux placée pour faire évoluer la politique climatique: «Comme nous ne sommes pas encore pris dans le monde du travail, nous sommes plus disposés à changer de mode de vie. Nous ne manifestons pas seulement pour nous donner bonne conscience.»

«Changer le système»

Et que répondent ce jeunes à ceux qui leur reprochent de défiler un jour pour le climat et de prendre le lendemain un vol low-cost pour aller faire la fête à Barcelone? Ils rétorquent qu’ils trient leurs déchets, se déplacent à vélo ou en transports publics, qu’ils achètent des habits de seconde main ou sont véganes. «C’est vrai que les jeunes sont ceux qui prennent le plus souvent l’avion, reconnaît Simon, 19 ans, étudiant en arts appliqués. Mais nous sommes le produit du système mis en place par les générations précédentes. Et nous sommes beaucoup moins figés que certains vieux réacs.» Pour Quentin, 26 ans, étudiant à la Haute École de musique, c’est le système qui pousse à consommer. «C’est donc le système qu’il faut changer.»

Après avoir emprunté le pont de la Machine, puis les quais jusqu’à l’avenue de France, le cortège finit sa route à la place des Nations. Il n’y a pas le moindre débordement à déplorer.

Sur les réseaux sociaux, la suite du mouvement s’organise déjà. Une assemblée est prévue lundi soir à l’université pour en discuter, mais une nouvelle manifestation est d’ores et déjà agendée au 2 février.

Créé: 18.01.2019, 14h56

Articles en relation

Les jeunes grévistes préparent depuis l’aube leur picoulet climatique

Grève des collégiens Dans les écoles genevoises, les classes sont presque vides et les aulas pleines. On débat et on se mobilise, en fabriquant dans les couloirs les banderoles qui donneront de la visibilité à la grande marche du jour. Visite au Collège André-Chavanne. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...