Le Mandement voue l'usine Pôle Bio aux gémonies

EnergieLors d’une séance publique mercredi soir, les riverains ont pu exprimer toute leur méfiance envers le projet de compostage et de biogaz.

Pas sûr que Luc Barthassat ait réussi à convaincre les personnes venues assister à la séance d'information publique concernant l'usine Pôle Bio. (Image d'archives)

Pas sûr que Luc Barthassat ait réussi à convaincre les personnes venues assister à la séance d'information publique concernant l'usine Pôle Bio. (Image d'archives) Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le Mandement, le projet d’usine de biogaz et de compostage Pôle Bio ne semble pas vraiment le bienvenu. Mercredi, à la salle communale de Satigny, le conseiller d’Etat Luc Barthassat et le directeur général de l’environnement, Daniel Chambaz, ont beaucoup ramé pour tenter de convaincre la centaine de personnes venues à une séance d’information publique. Pas sûr qu’ils y soient parvenus.

Au début, le public a sagement écouté la présentation du projet, porté par un partenariat public-privé entre les Services industriels de Genève (SIG) et les entreprises Serbeco et Helvetia Environnement. Pour rappel, il s’agit de construire une usine de traitement des déchets verts dans la zone industrielle du Bois-de-Bay, en remplacement de la décharge du Nant de Châtillon, à Bernex, qui arrive en bout de vie. Pôle Bio est prévue pour traiter annuellement 30 000 tonnes de bois usagé qui sera brûlé et 40 000 tonnes de déchets organiques qui seront compostés ou méthanisés. Cela permettra de produire 20 gigawattheures d’électricité, 70 GWh de chaleur et 10 GWh de biogaz. Soit de quoi couvrir les besoins énergétiques de 10 000 ménages. La demande d’autorisation de construire est en cours d’examen à l’Etat.

Le problème, c’est que les habitants de Satigny, de Peney et de Vernier, entre autres, ne veulent pas de cette usine dans leur jardin. Ils redoutent les nuisances qu’elle apportera, en particulier les mauvaises odeurs, la surcharge de trafic routier et les émanations de particules fines de la cheminée. Du coup, à l’heure des questions, les mains se lèvent de toutes parts. Riverains, conseillers municipaux, représentants d’associations, tous sont très remontés contre Pôle Bio.

Daniel Chambaz et les spécialistes ont beau dire et redire que, contrairement au Nant de Châtillon, les installations de Pôle Bio seront confinées dans des locaux hermétiques et que les normes les plus strictes de l’ordonnance fédérale pour la protection de l’air seront appliquées, les opposants n’en démordent pas. «Il ne faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages!» lance Robert Preisig, conseiller municipal démocrate-chrétien à Satigny et président de l’Association des voisins de l’usine des Cheneviers et environs, qui s’est apparemment documenté sur le dossier. «Il est impossible qu’il n’y ait pas d’odeurs.» Les prévisions selon lesquelles la circulation routière n’augmentera que de 4% et le transport lié à Pôle Bio ne représentera que 2,5% du trafic général dans la région, laissent également l’assistance sceptique.

En somme, ce que veulent les riverains, c’est qu’on construise cette usine n’importe où sauf dans le Mandement. Pourquoi ne pas la mettre aux Cheneviers, à côté de l’usine d’incinération, au lieu d’aller créer de nouvelles nuisances à un kilomètre de là? Daniel Chambaz évoque des problèmes de place et de déclassement de la zone agricole. «Personne n’a envie de cette usine à côté de chez soi, alors il faut bien se partager les nuisances entre les communes», ajoute, à bout de patience, Luc Barthassat, ce qui déclenche des éclats de rire et des huées. «Vous ne nous avez pas convaincus sur votre capacité à étudier d’autres solutions d’implantation», rétorque Christina Meissner députée UDC au Grand Conseil et conseillère municipale verniolane.

Créé: 07.12.2014, 18h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: le Salon des inventions de Genève reporté en septembre
Plus...