Malaise au MCG, des candidats ont été biffés des listes électorales à leur insu

Municipales 2020 à MeyrinDeux élus du Municipal estiment avoir été trompés par un troisième. Le Bureau directeur du parti s’explique.

À Meyrin, la campagne électorale ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices pour le MCG.

À Meyrin, la campagne électorale ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices pour le MCG. Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le psychodrame a secoué le Conseil municipal de Meyrin, où un élu du Mouvement citoyens genevois s’est attiré les foudres de ses collègues de groupe. Mais l’affaire rebondit au Bureau directeur du parti. Elle tombe en pleine campagne pour les élections municipales.

C’est justement ce scrutin du 15 mars dont il est question. Explications: à Meyrin, trois sortants se représentent. L’un d’eux, Roger Frauchiger, second vice-président du Municipal, est mandaté par son parti pour déposer à la Chancellerie la liste des candidats meyrinois. Sur la liste provisoire figuraient les noms de ses collègues Stéphane Pachoud et Corinne Wullschleger. Mais ces derniers ont été biffés de la liste définitive, à leur insu.

Un ex-candidat en colère

Un mois après les faits, Stéphane Pachoud ne décolère pas: «On m’a privé d’éligibilité pour cinq ans! Le 9 décembre, ma candidature avait été applaudie par l’assemblée des délégués du MCG. Le 5 janvier, veille du délai de dépôt des listes, un mail du parti m’informait que je n’avais pas été retenu! Il était trop tard pour me retourner. Le plus grave, c’est que je n’ai pas pu me défendre, tout comme ma collègue. Nous n’avons jamais été entendus.»

Ils apprendront plus tard ce qu’on leur reproche, «lors d’une réunion avec des membres du Bureau directeur, en présence de Roger Frauchiger et de Françoise Sapin, vice-présidente du MCG, indique Stéphane Pachoud. Ils ont dit qu’on ne votait pas comme le reste du groupe lors des séances du Municipal, ce qui est faux! Et qu’on n’avait pas été assez actifs lors de la recherche des candidats, ce que je réfute. J’en ai amené deux sur la liste MCG!»

Conseil municipal gêné

Soutenant ces deux collègues, Myriam Girardet, cheffe du groupe MCG de Meyrin, a alors demandé au Conseil municipal le remplacement de Roger Frauchiger de son poste de second vice-président. Le point était à l’ordre du jour de la séance du 4 février. La décision a été acceptée du bout des lèvres par une assemblée qui ne souhaitait pas vraiment s’immiscer «dans une bisbille interne au MCG», confie Éric Cornuz (Les Verts), président du Municipal.

«Nous avons besoin d’un relais au Bureau du Municipal, mais la confiance avec notre collègue était rompue, argumente Myriam Girardet. Personnellement, je n’ai rien à reprocher à Stéphane Pachoud et Corinne Wullschleger. Ils ont été rayés des listes sur la base de fausses allégations. J’ajoute que je n’ai jamais été consultée par la présidence du parti. Qui, à mon avis, a fait preuve de légèreté en prenant cette décision.»

L’élu visé se défend

Visé, Roger Frauchiger s’explique: «Je comprends que mes deux collègues soient fâchés, mais c’est le Bureau directeur du parti qui m’a demandé de ne pas retenir leurs noms sur les listes. Pour ma part, j’estime qu’ils n’ont pas été très actifs durant ce début de campagne, et le MCG veut des gens motivés.»

Pourquoi ne pas en avoir parlé avant avec sa cheffe de groupe? «Nous n’avions pas de comptes à lui rendre. J’ajoute que l’ambiance n’est pas bonne dans notre groupe. Quant à la décision prise par le Municipal de me relever de mon poste au Bureau, je me sens atteint dans mon honneur.»

Secrétaire général du MCG, François Baertschi est lui aussi très étonné: «Remplacer un élu de cette manière en cours de mandat, je n’ai jamais vu ça!» Mais pourquoi avoir retiré des listes deux candidats pourtant adoubés lors de l’assemblée des délégués? «Ce n’est pas exact. L’assemblée se prononce sur les listes, mais lors d’un vote final, elle délègue au Bureau directeur le droit de les finaliser avec les mandataires désignés», déclare Françoise Sapin.

Décision dans l’urgence

Concernant les deux candidats en question, «nous avons des éléments sérieux, en dehors du fait qu’ils ne votent pas forcément comme le groupe, pour estimer qu’ils ne devaient pas être retenus sur la liste électorale. Mais nous ne voulons pas mettre cela sur la place publique», explique le secrétaire général. Françoise Sapin concède par ailleurs que l’ambiance dans la section MCG de Meyrin-Cointrin s’est dégradée durant cette législature.

Quant à avertir aussi tard les deux candidats sans les avoir consultés auparavant, François Baertschi admet «qu’on aurait dû les aviser plus rapidement. Mais avec les vacances de fin d’année, nous étions dans l’urgence pour constituer les listes. Nous avons une part de responsabilité, mais nous nous sommes excusés et nous les avons rencontrés par la suite.»

«Un conflit de personnes»

Président du MCG, Francisco Valentin corrobore ces propos, et conclut: «Selon moi, il s’agit avant tout d’un conflit de personnes. Je suis le premier à regretter que les choses se soient déroulées de cette manière, autant pour ces deux personnes que pour notre parti.»

Tous les intervenants s’accordent en tout cas sur un point: cette affaire interne est déplorable. Et elle n’en restera peut-être pas là, car Stéphane Pachoud envisage de déposer une plainte pénale «contre le Bureau directeur du MCG, contre Mme Sapin et contre M. Frauchiger».

Créé: 14.02.2020, 07h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...