Passer au contenu principal

La maison Hermès met en scène son Festival des métiers au BFM

Le savoir-faire des artisans d’Hermès est légendaire: maroquinier, gantier, sellier, peintre et graveur sur soie le démontrent à Genève.

Quelle différence entre un roulotté à la française et un roulotté à l’anglaise? Combien d’heures et de passages à l’encre pour réaliser un carré de soie? Comment distinguer un sac Hermès de sa contrefaçon? Réponses au BFM, où la maison Hermès met en scène ses artisans spécialisés dans dix secteurs de son activité. De pupitre en établi, le visiteur découvre le savoir faire de ceux qui perpétuent au nom du luxe suprême – l’élégance – des métiers d’art souvent centenaires. «Nos sacs sont cousus à la main, avec deux aiguilles simultanément. Les deux fils de lin ne sont pas crochetés – comme c’est le cas avec une machine à coudre – mais croisés», explique Anselme, le maroquinier, qui vient d’achever en quinze heures une belle gibecière de couleur roseau. «C’est le point de sellier, beaucoup plus solide pour toutes les coutures sur lesquelles on exerce de la force.» De la selle au portefeuille, du cabas à la ceinture, le même soin et la même précision lorsque l’artisan travaille sa pièce sur une immense pince à coudre, bloquée entre ses jambes; le fil de lin, enduit de cire «pour le rigidifier et le bloquer au cœur de la matière», passe et repasse avec dextérité.

Jean-Pierre, 50 ans de métier, façonne toujours des gants bien qu’il soit à la retraite depuis une décennie. Il étire et lisse une peau aussi douce que celle d’un nourrisson, du même bleu pétrole que ses yeux. «Notre magasin de Genève, le premier à avoir ouvert hors de France, en 1947, est celui qui vend le plus de gants dans toute l’Europe», intervient Thierry Outin, directeur d’Hermès pour la Suisse depuis un an et demi et instigateur de ce Festival. Du travail pour Jean-Pierre, qui parvient à façonner trois paires à l’heure, alors qu’il faut cinq heures à Christina pour peindre, à main levée, un vide-poches en porcelaine de Limoges orné d’un tigre. «Le plus délicat? La frise et la bordure en platine. Le produit coûte si cher que je n’ai pas droit à l’erreur; je dois peindre vite, d’un seul trait, avec un gros pinceau.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.