Passer au contenu principal

Luc Barthassat, un sanguin appelé à mieux se maîtriser

Tancé suite à la crise des TPG, le ministre suscite l’espoir et le doute sur sa faculté d’améliorer la mobilité genevoise.

Fustigé pour sa gestion de la crise des TPG, Luc Barthassat reste salué pour son accessibilité.
Fustigé pour sa gestion de la crise des TPG, Luc Barthassat reste salué pour son accessibilité.
Pierre Albouy

Il est atypique et il était attendu au tournant. Seul membre du Conseil d’Etat à ne pas être universitaire, Luc Barthassat est devenu il y a un an le premier ministre de droite depuis trois législatures à gérer le domaine de la mobilité — thème sensible qui a causé la déroute de sa prédécesseure, la Verte Michèle Künzler.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.