Passer au contenu principal

Luc Barthassat a aussi été crucifié par les siens…

Anatomie des biffages des candidats au Conseil d'Etat candidats sur une liste au Grand Conseil.

A droite sur la photo, le ministre Luc Barthassat est le candidat au gouvernement le moins soutenu par son propre parti.
A droite sur la photo, le ministre Luc Barthassat est le candidat au gouvernement le moins soutenu par son propre parti.
Laurent Guiraud

Relégué en neuvième position des candidats au Conseil d’État dimanche, Luc Barthassat doit une partie de sa mauvaise performance à ses amis du PDC. C’est ce qu’on voit en décodant les bulletins déposés pour l’élection au Grand Conseil sur lesquels figurait une partie des candidats au Conseil d’État. Avec 2076 biffages, soit 19% des électeurs PDC, Luc Barthassat s’avère le candidat au gouvernement le moins bien soutenu par son parti. Mais le responsable des Transports n’est pas le seul à avoir des préoccupations internes. Anne Emery-Torracinta a été barrée par 12,9% des électeurs socialistes. Parmi les papables en course pour le 6 mai, Serge Dal Busco (PDC), Nathalie Fontanet (PLR), Thierry Apothéloz (PS) et Antonio Hodgers (Les Verts) naviguent entre 7,3% et 8,4% de biffages. Plus loin arrivent le MCG Mauro Poggia (6,4%) et le PLR Pierre Maudet (6%). Jocelyne Haller (EàG) et Yves Nidegger (UDC) sont en dessous de 5%, preuve d’une adhésion et d’une cohésion idéologique plus fortes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.