Passer au contenu principal

Love Life: Mauro Poggia proclame son désamour

«Il n'est pas nécessaire d'être puritain pour considérer que l'Etat doit savoir concilier avec finesse son devoir d'information et de prévention».

Une des affiches de la campagne. Sur le site internet, Joanna et Sonia, les deux mannequins impliquées expliquent leur motivation: « Les campagnes comme celle-ci sont importantes pour continuer à réduire le risque de contamination et à en appeler au sens de la responsabilité de chacun. Profiter de la vie et de son corps sans mettre sa santé en jeu, c’est ce que nous défendons. »
Une des affiches de la campagne. Sur le site internet, Joanna et Sonia, les deux mannequins impliquées expliquent leur motivation: « Les campagnes comme celle-ci sont importantes pour continuer à réduire le risque de contamination et à en appeler au sens de la responsabilité de chacun. Profiter de la vie et de son corps sans mettre sa santé en jeu, c’est ce que nous défendons. »

«Personne ne contestera que la lutte contre le Sida et, plus généralement, contre les maladies sexuellement transmissibles, mérite, encore et toujours, notre engagement soutenu et constant. Personne ne contestera non plus que face à la redoutable efficacité de l'inertie, il faille parfois savoir heurter, pour réveiller les esprits assoupis. Cet électrochoc salutaire nous oblige à remettre en question notre comportement face à certaines situations. De là à adhérer à la récente campagne orchestrée par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) sous l'appellation "LOVE LIFE", il y a un pas que j'ai un mal certain à franchir.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.