Lourdes peines au procès du Change Migros Thônex

JusticeLa justice française a condamné à des peines de 10 à 15 ans de prison trois auteurs de l’attaque.

Les vitres explosées par des tirs d'armes à feu du Change Migros de Thônex  avaient été temporairement remplacées par des panneaux de bois au lendemain du braquage, le 27 novembre 2010. Des vigiles étaient postés à l'entrée pour assurer la sécurité et rassurer la clientèle.

Les vitres explosées par des tirs d'armes à feu du Change Migros de Thônex avaient été temporairement remplacées par des panneaux de bois au lendemain du braquage, le 27 novembre 2010. Des vigiles étaient postés à l'entrée pour assurer la sécurité et rassurer la clientèle. Image: Michel Perret

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Huit ans après le hold-up du Change Migros Thônex à Chêne-Bourg, le plus violent jamais commis dans le canton, la justice française a condamné en appel trois de ses auteurs lyonnais. Deux d’entre eux prennent 15 ans de prison ferme et le dernier 10 ans, selon Radio Lac.

Le 26 novembre 2010, à 18 h 10, heure de grande affluence, le Change Migros est pris d’assaut par une bande armée de kalachnikovs et munie d’explosifs. Un homme va jusqu’à menacer les employés avec un hachoir. Des tirs fusent en pleine rue, l’un des auteurs, blessé, se fait interpeller. Le butin récupéré s’élève à près de 700 000 fr. Au total, six suspects vont être arrêtés. L’un d’eux est mort depuis. Cinq autres ont été condamnés, dont trois ont fait appel. Le procès de ces hommes âgés de 42, 49 et 51 ans s’est tenu durant dix jours aux assises du Rhône, à Lyon, dans un climat tendu. Me Robert Assaël, avocat de deux policiers genevois, a déploré un «enfumage» face aux prétendus manques de preuves. Se sentant insulté, Me Bernard Ripert, défenseur d’un des prévenus, a évoqué les banques suisses, leurs «coffres, remplis à partir de 1940», avant d’ironiser: «Ne venez pas pleurer pour quelques billets!» De nombreux incidents ont ainsi émaillé ce procès.

«Alors qu’ils plaidaient l’acquittement, deux malfrats ont été reconnus coupables du braquage et condamnés à une peine de réclusion criminelle de 15 ans; le troisième a pris 10 ans pour recel de vol avec arme en bande organisée», résume Me Robert Assaël, que nous avons contacté. L’un des malfrats voit sa peine considérablement alourdie. Condamné tout d’abord à 4 ans d’emprisonnement, il a finalement pris 15 ans. Arrivé libre, il est reparti menotté.

«Après quatorze heures de délibérations, les trois juges professionnels et les neuf jurés ont rendu leur verdict samedi à 2 h du matin, dans une salle pleine et dans un climat électrique, décrit Me Robert Assaël. À la lecture de ces lourdes condamnations, la salle, composée surtout des familles et amis des accusés, a explosé: cris, insultes, bousculades; la police a dû intervenir. Elle a dû maîtriser les accusés, qui manifestaient agressivement leur colère, annonçant qu’ils allaient saisir la Cour de cassation. Je n’ai jamais vu cela!»

Un élément a semble-t-il mis tout le monde d’accord: «Le procureur, la défense et les parties civiles se sont rejoints sur un point: sans l’intervention professionnelle, maîtrisée et proportionnée des policiers genevois, il y aurait eu des blessés, voire des morts. Ils ont été héroïques!» (TDG)

Créé: 04.11.2018, 21h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...