Longchamp: «Trop de logement social pourrait tuer la Praille»

Praille-Acacias-VernetsLes conditions imposées au futur quartier sont trop rigides, déclare le magistrat en charge de l'Urbanisme. Il veut revoir la loi.

Les coûts liés à la transformation du quartier industriel de la Praille en quartier urbain s’annoncent élevés. Il faudra trouver un équilibre entre logements et bureaux, comme ici, au chemin de la Marbrerie.

Les coûts liés à la transformation du quartier industriel de la Praille en quartier urbain s’annoncent élevés. Il faudra trouver un équilibre entre logements et bureaux, comme ici, au chemin de la Marbrerie. Image: Pascal Frautschi/Tribune de Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un vent de polémique pourrait souffler à nouveau sur le quartier de la Praille. En cause, les déclarations de François Longchamp. Le conseiller d’Etat en charge (durant encore une semaine) de l’Urbanisme a lancé un pavé dans la mare. Il préconise de revoir à la baisse le quota de logements sociaux prévus dans les futures constructions, comme l’a révélé Le Matin Dimanche.

«Dans les conditions actuelles, il sera très difficile, voire impossible de rentabiliser les opérations immobilières, indique le magistrat. Il faut sortir d’une logique trop étroite et revoir la loi. Cela suppose de renégocier l’accord.»

La loi qui s’applique au projet Praille-Acacias-Vernets (PAV) est issue d’un accord âprement négocié. En 2010, l’Asloca, les syndicats et une partie de la gauche ont renoncé à un référendum contre le PAV. En échange, ils ont notamment obtenu une forte proportion de logements sociaux et l’impossibilité de vendre des appartements sur les terrains de l’Etat. Pour Mark Muller, magistrat en charge des Constructions à l’époque, c’était une manière de pacifier le débat. Aujourd’hui, la réalité économique rattrape ces bonnes intentions.

Coûts importants

Car les coûts liés à la transformation de cette zone industrielle en quartier urbain s’annoncent élevés. Le PAV n’est pas une friche. Il faudra déménager des entreprises, démolir des usines, dépolluer dans certains cas. Des chaussées devront être refaites, des parcs et des places aménagés. Or, en bout de chaîne, les loyers seront pour la plupart plafonnés.

Développement dans nos éditions payantes du jeudi 5 décembre

Créé: 05.12.2013, 07h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.