Vente des PPE: la loi «antimagouille» passe la rampe

Grand Conseil La vente des appartements en PPE est mieux encadrée. Le crédit pour la gare de Cornavin est voté. Place aux tarifs TPG.

Le quartier de la Tulette, à Cologny, est l’un des exemples les plus connus de spéculation immobilière sur des logements initialement destinés à la classe moyenne. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Acheter des appartements en propriété par étage (PPE) à prix bas contrôlés et les revendre dix ans après avec de juteux bénéfices sera plus difficile. Pour y arriver, il a fallu passer par «un long processus démocratique», comme le résume joliment le député PDC Olivier Cerutti lors du débat au Grand Conseil jeudi soir.

Le parlement a également voté le crédit de 425 millions, part du canton à la construction de la gare souterraine de Cornavin, devisée à 1,6 milliard de francs.

Il a fallu aux élus trois ans et demi de débats pour durcir la loi. Dans l’intervalle, des psychodrames se sont déroulés au sein du PLR, opposants les partisans des milieux immobiliers et le conseiller d’Etat François Longchamp qui tentait de mettre fin aux abus lorsqu’il était encore en charge du Logement. Des tensions ont aussi divisé le MCG entre son aile gauche et son aile droite. Les justices cantonale et fédérale ont été actionnées. Et, finalement, c’est une initiative de l’Asloca qui a repris le projet Longchamp. Remaniée, elle a été finalement acceptée par 60 oui (EàG, PS, Verts, MCG, PDC), 24 abstentions (UDC, PLR) et un non.

Au secours de la victoire

Tout le monde a fini par être d’accord, mais qui a eu raison dès le départ? C’est nous! C’est nous! Car tout le monde vole au secours de la victoire. «Lorsque la loi Longchamp a été torpillée, les gens sont venus me voir en disant que c’était indigne et j’ai dû lancer cette initiative, se rappelle le député PS et président de l’Asloca Alberto Velasco. Malheureusement, les magouilles ont continué durant trois ans.» C’est nous! dit aussi le MCG Ronald Zacharias. Proche des milieux immobiliers, le député explique combien l’initiative a été améliorée par les débats: «Les sanctions excessives inscrites dans la première mouture de la loi ont été corrigées.» C’est nous! avance le PLR Alexandre de Senarclens. Le député et président de ce parti admet que celui-ci a été divisé sur le sujet: «Mais si nous étions partagés sur les moyens, nous étions en revanche unis sur les objectifs à atteindre: mettre fin aux abus et permettre aux Genevois de devenir propriétaires.» Mais la victoire est encore un peu amère pour le PLR qui annonce que ses députés s’abstiendront…

A l’étudiant futur

François Longchamp aurait-il eu lui aussi raison? Le président du Conseil d’Etat, ancien patron du Logement, dresse l’historique du projet. Il le dédie à un étudiant en droit constitutionnel du futur, stupéfait en découvrant cette initiative de l’Asloca «soutenue par le Conseil d’Etat et acceptée sans opposition par le parlement après trois ans de travaux»! Il rappelle que «Genève a créé des zones de développement pour permettre à tous de se loger dans le canton», mais depuis certains particuliers ont depuis accaparés jusqu’à trente appartements sans y habiter... D’où la nécessité d’agir. Il termine par ce mot de Molière pris dans le Tartuffe relevant que le «chemin est long du projet à la chose»… Le public applaudit. Rideau. Haut de la page

425 millions votés pour Cornavin

Le parlement a voté à l’unanimité 425 millions pour l’extension de la gare de Cornavin en souterrain. L’ensemble du projet reviendrait à 1,6 milliard, somme financée par le Canton, les CFF et la Ville de Genève. Il s’agit, souligne le projet de loi, «de mettre au quart d’heure entre 2024 et 2031 de tout ou partie des trains grandes lignes circulant entre Genève-Aéroport et Lausanne, ainsi que la ligne régionale Genève - La Plaine. L’offre internationale (TGV et TER) pourra être aussi développée.»

Le débat a porté en parallèle sur une pétition proposant une alternative «économique, simple et rapide» à ce chantier, qui a été refusée, et sur une résolution interpartis. Tirant les leçons de tensions entre milieux de la construction genevois et les CFF lors de l’adjudication des lots du chantier du CEVA, elle demande notamment au Conseil d’Etat de mettre en place une cellule tripartite d’accompagnement, d’associer les partenaires sociaux aux phases d’attribution des travaux et de surveiller la sous-traitance. La résolution a été acceptée à l’unanimité. (TDG)

Créé: 23.09.2016, 15h18

Image

Les députés ont aussi accepté par 56 oui et 25 abstentions (PLR) le rapport de la commission de contrôle de gestion, le rapport sur la manifestation du 19 décembre 2015 qui avait mal tourné. Pour le PLR, l’enquête n’aurait notamment pas apporté de réponses sur les causes de dysfonctionnement de la police dans sa gestion de la manifestation.

Ils ont enfin pris acte, avec regret, des démissions des députés Pierre Ronget (PLR) et Béatrice Hirsch (PDC). Le conseiller administratif et futur maire de Vernier entend se consacrer à ses activités municipales. Le député Alexandre de Senarclens, président du PLR, lui succède. Nathalie Hardyn devient députée suppléante. Quant à Béatrice Hirsch, ancienne présidente du PDC, elle quitte le parlement après dix ans. Jean-Charles Lathion lui succède. Alexandra Ris est nommée députée suppléante.
M.BN

Articles en relation

La loi PPE «anti-magouilles» bientôt votée mais édulcorée

Immobilier Le Grand Conseil vote jeudi prochain la loi Longchamp contre les abus dans les ventes d’appartement. Mais la portée de la loi sera réduite. Plus...

Les députés vont voter d'énormes crédits

Débats en direct dès 17h 425 millions pour la gare souterraine de Cornavin et un crédit quadriennal de fonctionnement de 908 millions pour les TPG. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.