Le logement social investira la zone villas déclassée

GenèveAntonio Hodgers égrène 38 mesures censées réduire la pénurie de logements. Les milieux immobiliers doutent.

Le Conseil d’Etat compte beaucoup sur la zone villa – tel ce terrain déclassé derrière les Avanchets – pour accueillir du logement social.

Le Conseil d’Etat compte beaucoup sur la zone villa – tel ce terrain déclassé derrière les Avanchets – pour accueillir du logement social. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ce n’est qu’une des propositions d’un vaste programme lancé pour s’attaquer à la pénurie de logements. Mais elle va certainement faire parler d’elle. Alors qu’aujourd’hui il est très rare que des logements d’utilité publique (LUP) soient construits dans les zones villas déclassées, le Conseil d’Etat veut changer la donne: l’Etat imposerait deux tiers de logements locatifs, parmi lesquels un tiers de LUP. La règle serait identique pour les zones agricoles passées en zones de développement.

«Nous avons aujourd’hui 15'000 LUP, alors que la loi fixe un objectif de 39'000 unités à atteindre d’ici à 2027, explique Antonio Hodgers, le conseiller d’Etat responsable du Logement et de l’Aménagement (DALE). Nous n’y arriverons pas si nous ne changeons rien. Chaque nouveau quartier doit avoir une part de logements sociaux. Il en va aussi de la cohésion sociale.»

La fin d’une époque

Pourquoi imposer ce quota également aux zones villas déclassées? «En zone agricole, il ne reste que Bernex-Est à déclasser, répond Antonio Hodgers. Ce qui était faisable a été lancé. La réalité, c’est que ces prochaines années les grands projets se feront dans des zones villas déclassées.»

Le plan directeur cantonal 2030 prévoit en effet de faire passer en zone de développement 9% de la zone villas. Il faudra toutefois peut-être aller au-delà. La Confédération estime en effet que le plan directeur genevois mange trop de terrains agricoles.

Un vaste programme

Reste que la pénurie de logements, qui sévit à Genève depuis plus de vingt ans, ne concerne pas que les LUP. Le constat est même chiffré par Antonio Hodgers: «Pour avoir un marché détendu, il nous faudrait immédiatement 20 000 logements, admet-il. C’est ce chiffre-là qu’il faut garder en tête.»

Afin de s’attaquer à cette pénurie générale, le magistrat a un programme, validé hier par le Conseil d’Etat, et qui sera maintenant soumis au Grand Conseil par le biais d’un rapport. Ce dernier fait suite aux Rencontres du logement, qui ont réuni les acteurs civils et publics de l’immobilier et se sont déroulées entre novembre de 2014 et mars de 2015.

Ce programme se développe sur quatre axes (dont celui de la production de LUP) et ne contient pas moins de 38 propositions de mesures. Beaucoup nécessiteront des modifications de lois, que le Conseil d’Etat promet pour 2016.

Afin de doper la construction de logements, il est ainsi prévu d’adopter une clause générale d’utilité publique. Comme cela existe pour les routes. Pour piloter les grands projets d’aménagement, Antonio Hodgers souhaite tester la nomination d’un interlocuteur unique dans le cadre du PAV (projet Praille–Acacias-Vernets).

Financer les rénovations

Un autre axe s’attaque à une simplification du contrôle des plans financiers, qui donnerait davantage de liberté aux maîtres d’ouvrage concernant la maîtrise des coûts. L’idée est que ce qui importe c’est le prix de sortie du logement, et non pas la manière d’y parvenir.

Enfin, un chapitre est consacré à la rénovation du parc immobilier afin de réduire la consommation énergétique. C’est principalement sur les solutions de financement des travaux que le document se penche, ainsi que sur une simplification du cadre législatif. (TDG)

Créé: 14.10.2015, 19h35

La Chambre immobilière sceptique

La Chambre genevoise immobilière (CGI) a immédiatement réagi aux propositions du Conseil d’Etat. Pour elle, «ces mesures ne sont pas susceptibles d’influencer notablement la production de logements».

Sans surprise, les «instruments coercitif» dont l’Etat veut se doter (clause d’utilité publique et possibilités d’expropriation) passent mal. Mais c’est l’obligation de construire 33% de LUP sur tous les nouveaux périmètres qui est la plus critiquée.

«Cela conduit immanquablement et singulièrement, en situation de pénurie, à défavoriser l’accès au logement de la classe moyenne», écrit la CGI.

Articles en relation

Genève a construit 384 logements d'utilité publique en 2014

Construction Le taux de «LUP» a ainsi atteint 9,65% du parc locatif, un record. C'est pourtant loin des 20% fixés par la loi. Plus...

Genève compte 8334 habitants en plus: mais où donc logent-ils?

Pénurie La population a fortement augmenté en 2014, alors qu’on n’a construit que 1600 logements. Retour sur un mystère de l’habitat. Plus...

La surface des bureaux vides a triplé à Genève en un an

Statistique Le stock vacant représente théoriquement plus de 2000 logements. Dix demandes d'autorisation sont en cours. Plus...

Les futurs logements devront s'adapter aux handicapés

Genève Les associations du handicap saluent une victoire. Mais les architectes avertissent que les pièces seront plus petites. Plus...

Artamis: ce qui attend les premiers habitants

Logement Le premier bâtiment du nouveau quartier de la Jonction est sorti de terre. Trois autres suivront. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un mondial avec la meilleure équipe suisse de tous les temps
Plus...