«Le logement social ne crée pas assez de mixité dans les quartiers»

Ville de GenèvePour Daniel Sormanni, président de la Fondation de la Ville de Genève pour le logement social, les barèmes sont trop restrictifs.

Le MCG Daniel Sormanni est le président du conseil de fondation de la FVGLS.

Le MCG Daniel Sormanni est le président du conseil de fondation de la FVGLS. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Fondation de la Ville de Genève pour le logement social (FVGLS) est en plein essor. Impliquée dans les mégaprojets immobiliers autour la gare des Eaux-Vives et aux Vernets, elle devrait mettre en location quelque 800 nouveaux logements d’ici à 2025. Flanqué des deux codirecteurs, le président de son conseil de fondation, le MCG Daniel Sormanni, regrette toutefois que les critères d’attribution soient si restrictifs.

Pourquoi réagir aujourd’hui?

On entend souvent, au Conseil municipal ou dans les débats télévisés, que la Ville ne construit rien. Le mois dernier, l’Asloca a même convié la presse pour dire que la Municipalité devait, je cite, «développer une politique d’acquisition de logements». Or, elle le fait déjà, à travers la FVGLS, son bras armé. On construit et on achète. Depuis 2005, notre parc immobilier a doublé, passant de 370 à 780 logements. Et 800 sont en cours de réalisation.

Comment expliquer qu’en dépit de ces nouveaux logements, la situation soit toujours tendue sur le marché?

L’objectif de la FVGLS a toujours été de proposer des logements économiques pour les personnes à revenus modestes et la classe moyenne. Le problème, c’est qu’en raison des taux hypothécaires excessivement bas aujourd’hui, le loyer est aussi très bas. Et quand on le met en adéquation avec les barèmes d’attribution des logements subventionnés, une large partie de la classe moyenne ne remplit plus ces critères.

Que proposez-vous?

Il ne faut pas se limiter à construire que des HBM (ndlr: habitations bon marché). Seuls les très bas revenus et les bénéficiaires des prestations sociales y ont accès. Par exemple, un ouvrier qui gagne 5000 francs par mois et dont la conjointe travaille aussi n’est pas éligible. Ce type de logement, qu’ont promu le Conseil d’État et le Conseil administratif de la Ville, a entraîné une ghettoïsation et une absence de mixité dans les quartiers. On le voit avec Artamis. Si l’on ne met pas à jour les barèmes, il faut opter plutôt pour des HM (ndlr: habitations mixtes destinées majoritairement à des personnes susceptibles de percevoir une subvention personnalisée) ou pour du loyer libre qui serait contrôlé par l’État.

Au Conseil municipal, vous avez voté le moratoire sur les coupes d’arbres. Or, la FVGLS se trouve derrière le projet décrié aux Allières…

Les arbres centenaires doivent être préservés. Mais intervenir alors qu’on en est au stade des autorisations de construire, c’est trop tard. Il faut anticiper davantage. Quand on a voté, il y a dix ans, le plan localisé de quartier pour les Allières, personne ne s’est manifesté. Or, c’est à ce moment-là qu’il faut agir.

Créé: 21.02.2020, 16h56

Articles en relation

L’Asloca veut que la Ville gère davantage de logements

Politique À deux mois des élections, l’association des locataires met la pression sur la Gérance immobilière municipale et... sur les candidats. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...