Les EMS réclament plus d'effectifs

Santé Le personnel soignant des EMS genevois compte bien faire entendre ses revendications lors de la grève des femmes.

Les employés des EMS demandent plus de personnel.

Les employés des EMS demandent plus de personnel. Image: keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Près de la moitié des soignants en EMS genevois souhaitent abandonner leur métier avant la retraite, rapporte une enquête menée par le syndicat Unia. La cause? Des conditions de travail inacceptables dues à la pénurie de personnel. Parmi les employés, dont le 80% sont des femmes, 72% souffrent de troubles physiques à cause du travail, fait encore remarquer Unia.

«Nous avons constamment des horaires coupés que nous ne connaissons qu’un mois à l’avance», dénonçait Françoise*, aide-soignante en EMS, au cours d’une conférence de presse, jeudi, d’Unia. «Les conditions de travail sont pour moi de l’esclavagisme moderne.» Les employées stressées et épuisées ne peuvent s’occuper correctement de leur propre santé, ce qui engendre un absentéisme plus élevé et aggrave encore le manque de personnel soignant. Dominique*, femme de chambre en EMS, ajoute: «On n’a plus aucune envie d’aller travailler en sachant qu’il est si dur d’effectuer un travail correct en étant si peu.»

Ce n’est pourtant pas faute de tentatives de changement de la part des travailleuses en EMS. En 2007, «l’Initiative 125» avait été acceptée afin de garantir un personnel suffisant dans les EMS. Douze ans après, ils sont pourtant toujours en manque d’effectif de 14% pour assurer un bien-être et une sécurité minimum pour les résidents, selon les critères du système Plaisir, mesurant les besoins en soins.

«Le nombre de personnes engagées a même diminué ces dernières années, au profit d’un plus grand nombre de cadres de direction», d’après Dominique.

Françoise explique: «Les aînés ne sont pas des machines. Nous donnons tout notre cœur pour leur assurer le meilleur traitement possible.» Mais elle sait que seul un renfort de personnel pourra assurer un soutien suffisant: «Elles souffrent autant que nous du manque d’encadrement.»

La journée d’action du 14 juin se déroulera de plusieurs façons: activités variées sur le lieu de travail, prolongation de la pause de midi, participation à une mobilisation organisée par Unia pour la visibilité de la situation des femmes en EMS. Augmentation des effectifs et limitation des horaires ne sont que quelques-unes des revendications des salariées. L’assemblée générale a rédigé et adopté le nouveau cahier des revendications le 26 février 2019, spécialement conçu à l’occasion de la grève féministe du 14 juin.

*Prénoms d’emprunt

Créé: 06.06.2019, 17h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...