Les bailleurs moins gourmands à la relocation

ImmobilierLes loyers augmentent, mais les hausses lors du changement de locataire sont moins brutales.

C’est lors d’un changement de locataire que les bailleurs profitent de louer plus cher.

C’est lors d’un changement de locataire que les bailleurs profitent de louer plus cher. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les loyers sont-ils en train de baisser? C’est ce que prétendent plusieurs études qui paraissent régulièrement dans les médias. Si c’est bien le cas dans certaines régions de Suisse, cela ne concerne pas Genève. Ici, le niveau moyen des loyers continue d’augmenter, même si la pression sur les locataires se relâche. En un an, les loyers se sont relevés de 0,7% par rapport au mois de mai 2018, note l’Office cantonal de la statistique (Ocstat). Cette hausse est modeste. C’est la première fois en vingt ans qu’elle se situe sous la barre de 1%. Les locataires en place ont pu dans leur grande majorité dormir tranquilles. En moyenne, leurs loyers sont restés stables durant l’année écoulée (de mai à mai). Là encore, c’est une première.

C’est lors d’un changement de locataire que les bailleurs profitent de louer plus cher. Durant des années, ils ne s’en sont pas privés. En 2012, la hausse moyenne pour les nouveaux occupants a grimpé à 20,6%. Depuis, ce chiffre ne fait que baisser. Cette année, il se situe à 8,1%. C’est, là aussi, la plus faible progression en vingt ans. Les hausses varient selon la taille du logement. Elles sont les plus élevées pour les trois-pièces (9,8%) alors qu’elles se limitent à 5,1% pour les cinq-pièces. Quant aux six-pièces, le loyer moyen a baissé de 2%, ce qui peut s’expliquer par le fait que beaucoup d’appartements de cette taille ont été récemment construits, selon l’Ocstat. Toujours dans le cas d’un changement de locataire, des hausses interviennent dans 50% des cas alors que, dans les pires années, 75% des loyers étaient relevés.

C’est à Meyrin que les nouveaux locataires sont le plus touchés (+13% lors d’un changement). En ville de Genève, ce chiffre se situe à 8%. Les quartiers des Charmilles, de Saint-Jean et de Plainpalais sont les plus frappés par les hausses.

Créé: 02.07.2019, 18h55

Articles en relation

Les cadeaux à l’entrée offerts aux locataires mettent en colère l’Asloca

Immobilier Déjà observée en périphérie, cette pratique arrive en ville. Elle permet aux bailleurs d’y maintenir les loyers élevés. Plus...

À Genève, des loyers deux fois plus chers qu’à Bienne ou Saint-Gall

Immobilier Selon comparis.ch, la pénurie de logements reste la première cause des grosses disparités entre les dix villes suisses sondées. Plus...

Deux modèles s’affrontent pour baisser les loyers

Immobilier L’initiative visant à augmenter le nombre de logements abordables est jugée trop contraignante. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.